Un an presque

Lycas, j'ai deux mots à te dire

Les Brèves

Actualités, Brèves

Ce jour-là : 13 Avril. Mais non ? Messie !

On nous pardonnera le jeu de mot douteux et la langue pendue. Faut-il se réjouir de ce 13 avril 1742 ? Voyons cela en allant flâner vers...

En savoir plus

Actualités, Brèves

Tragique disparition de François Grenier, claveciniste

“Tristes apprêts, pâles flambeaux Jour plus affreux que les ténèbres Astres lugubres des tombeaux” C’est avec une...

En savoir plus

Actualités, Brèves

Daphnis & Alcimadure de Mondonville : Les Passions ressuscitent bientôt un opéra en occitan

Le chef et flûtiste Jean-Marc Andrieu, directeur musical des Passions, travaille depuis de longues années à la résurrection du seul opéra baroque… en occitan, l’unique Daphnis & Alcimadure de Joseph Cassanéa de Mondonville (1711-1772). Cette “pastorale languedocienne en un Prologue et 3 actes” (la structure similaire à Titon et l’Aurore d’un an sa devancière et qui vient d’être donnée à l’Opéra Comique), fut à la fois écrite et composée par le compositeur, en s’inspirant de la fable de La Fontaine.

En savoir plus

Je sais votre secret

dernieres Publications

Silentio nocivo (Parla, canta, respira – Barbara Strozzi, Lise Viricel, Le Stelle – Seulétoile)

“Je suis un amant, mais un amant candide et modeste” (l’Amante modesto) Parla,...

Les Cœurs Anachroniques (Haendel, Mas, London Haendel Orchestra, Cummings – Muso)

Anachronistic Hearts Les cœurs anachroniques Georg Frederic Haendel (1685-1750) Airs...

Le duel des versions : Francesca Caccini, La liberazione di Ruggiero dall’isola d’Alcina (Van Nevel / Sartori / Tozzi)

Etonnante vitalité discographique, et difficulté, en cette ère raffolant des intégrales et...

Ce jour-là : 13 Avril. Mais non ? Messie !

On nous pardonnera le jeu de mot douteux et la langue pendue. Faut-il se réjouir de ce 13 avril...

Le voyage fantastique (Buxtehude, Sonates, Les Timbres – Flora)

Dietrich BUXTEHUDE (c. 1637 – 1707)Sonate a doi, violine & viola da gamba con cembalo...

Un an presque

  “Mais une question lui vint ensuite à l’esprit : et si tout était une erreur...

La Jeune Fille et la Mère (Tiziano Scarpa, Stabat Mater)

  Tiziano SCARPA (né en 1963) Stabat Mater, 2008. Prix Strega 2009. Parution française :...

Tragique disparition de François Grenier, claveciniste

“Tristes apprêts, pâles flambeaux Jour plus affreux que les ténèbres Astres lugubres des...

Du bout des doigts (Weiss, Pièces de luth, Diego Salamanca – Seuletoile)

Voici la première incursion discographique en solo pour le luthiste Diego Salamanca, dont le nom...

Les plaisirs ont choisi pour asile ce sejour agreable et tranquille

le Panier de la Muse

CDs & DVDs, Critiques

Silentio nocivo (Parla, canta, respira – Barbara Strozzi, Lise Viricel, Le Stelle – Seulétoile)

“Je suis un amant, mais un amant candide et modeste” (l’Amante modesto) Parla, canta, respira Madrigaux de Barbara...

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Les Cœurs Anachroniques (Haendel, Mas, London Haendel Orchestra, Cummings – Muso)

Anachronistic Hearts Les cœurs anachroniques Georg Frederic Haendel (1685-1750) Airs d’opéra et cantate “Bel piacere”...

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le duel des versions : Francesca Caccini, La liberazione di Ruggiero dall’isola d’Alcina (Van Nevel / Sartori / Tozzi)

Etonnante vitalité discographique, et difficulté, en cette ère raffolant des intégrales et raretés, de réellement parler d’inédits. Pourtant l’œuvre est à la fois importante sur le plan musicologique, complexe à restituer en raison du matériau lacunaire, et tout simplement vocalement et dramatiquement belle. L’œuvre ? Un de ces proto-opéras : 1625, quelques années après l’Orfeo montéverdien, à Rome, la fille de Giulio Caccini, soprano virtuose et compositrice, commet cette Libération de Roger, inspirée du Tasse. Une œuvre foisonnante, encore expérimentale, entre les intermezzi de la Renaissance, et la forme opératique en devenir

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le voyage fantastique (Buxtehude, Sonates, Les Timbres – Flora)

Dietrich BUXTEHUDE (c. 1637 – 1707)Sonate a doi, violine & viola da gamba con cembalo opus 1 et 2 Ensemble Les Timbres :Yoko...

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Du bout des doigts (Weiss, Pièces de luth, Diego Salamanca – Seuletoile)

Voici la première incursion discographique en solo pour le luthiste Diego Salamanca, dont le nom est familier aux mélomanes fans de l’Ensemble Pygmalion ou Correspondance. Et l’artiste, également passionné de photographie, a décidé d’enregistrer entre les vieilles pierres du donjon de Vez (Oise), entre froidure médiévale et art résolument moderne…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Entre ciel et terre (Hollandse Fragmenten – Diskantores, Berentsen – Muso)

Hollandse Fragmenten (Les Fragments Hollandais) Musique polyphonique néerlandaise du Moyen-Age Martinus Fabri – Eer ende lof Anonyme –...

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Version redux (Gretry, L’Amant Jaloux, Notturna, Palametta – ATMA)

Ce qui frappe d’emblée, c’est le changement de climat et de caractère que la transcription confère à l’œuvre. D’une part, la réduction en effectifs s’accompagne d’une réduction en longueur, puisque les scènes parlées sont escamotées, et que les airs sont plus ramassés, afin d’éviter les redites entre orchestre et voix.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“J’avais un maître, les ombres l’ont emporté” (Etienne Richard, Professeur du Roy Soleil, Armangaud – L’Encelade)

Le pari de Fabien Armangaud a été de rassembler un ensemble de pièces de cet entre-deux du clavecin Grand Siècle, entre l’écrasante présence de Louis Couperin, et les effusions de son neveu François Couperin le Grand qu’une pièce tendre et affectueuse de Chabanceau de la Barre évoque irrésistiblement. Pléthore d’inconnus, et plaisir de la découverte, regroupée en suites en fonction des tonalités.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Rameau courtise et Dardanus iphise (Ensemble Pygmalion, Pichon – Phi)

A 56 ans, après avoir mûri longuement son versant de compositeur de tragédie lyrique (il a attendu ses cinquante ans pour composer Hyppolyte et Aricie en 1733), sait mettre en œuvre ses préceptes sur l’harmonie, mettant en valeur ses solistes dans des dialogues emprunts de tensions dramatiques auxquels viennent faire écho des chœurs puissants et quelques emballements orchestraux trop brefs, encore rehaussés de roulements de tambours promptes à faire vaciller les cœurs les plus accrochés.

En savoir plus

Venez voir ce que notre fête doit avoir de plus beau

les Triomphes de la Muse

Concerts, Critiques

Voir Naples et mourir (Festival Marais Baroque, La Simphonie du Marais – 30 août 2020)

Les jardins à la française du superbe Hôtel de Sully servaient en ce dernier week-end du mois d’août de cadre intimiste à la troisième édition du festival du Marais Baroque, occasion d’assister aux derniers concerts parisiens de la Simphonie du Marais, la formation devant donner son ultime concert au logis de la Chabotterie (Montréverd, Vendée) le 19 septembre prochain

Concerts, Critiques

Percé jusques au fond du cœur (Armide, Francoeur/Lully, TCE, 01/04/2019)

Il arrive parfois que l’importance musicologique de certaines résurrections dépasse l’intérêt musical, et il faut bien avouer qu’en dépit du talent d’Hervé Niquet et de Véronique Gens qui s’évertuent à défendre cette partition, l’expérience demeure très mitigée, en raison du matériau de base. Quel est-il ?Hervé Niquet a souhaité non pas s’aventurer sur les magnifiques rivages de l’Armide de 1683, mais sur ceux, inconnus et plus tardifs, de 1778. D’autant plus inconnus que… cette version ne fut pas même représentée à l’époque sur la scène de l’Académie Royale de Musique. 

Concerts, Critiques

Un sacré défi (Monteverdi, Vêpres, Les Traversées Baroques, Festival de Sarrebourg – 12 juillet 2015)

S’il est des fois des projets fous à réaliser, quelques personnes ont quant à elles aucune crainte à les relever et ce avec brio. Alain Pacquier, Etienne Meyer et Judith Pacquier se sont pris à rêver de doter pour la première fois le Festival international de Musique de Sarrebourg d’une académie d’été, chose faite en ce mois de juillet. Dans le cadre du 28ème festival de Sarrebourg, ces trois « compères », ont porté à bras le corps un magnifique et audacieux projet…

Concerts, Critiques

La Musique dignement fêtée … (Armide, Lully, Les Talens Lyriques – Opéra national de Lorraine, 21 juin 2015)

Si, partout en France ce week-end, la Musique était l’objet de tous les honneurs qui lui sont dus, les regards se devaient de converger vers une ville de l’Est de la France, Nancy. Cette cité connue entre autre pour sa sublimissime Place Stanislas rayonnait encore plus particulièrement par le spectacle en son sein le plus précieux, son opéra où était donnée Armide de Jean-Baptiste Lully coproduite par l’Opéra national de Lorraine et le Centre Chorégraphique National (CNN) – Ballet de Lorraine.

Critiques, Expositions & Sorties

Hubert Robert, un peintre visionnaire (Louvre, mars-mai 2016)

C’est l’histoire d’une société qui se regarde et qui doute ! Tel est en effet le trait d’union qui lie entre elles la quasi totalité des cent quarante œuvres de Hubert Robert (1733-1808) qui composèrent cette exposition, la première consacrée au peintre par le Louvre depuis 1933, année du bicentenaire de sa naissance et, mais pouvait on le savoir, celle du début d’un engrenage qui verra vaciller l’Europe. Il n’est sans doute pas non plus un hasard que ce regain d’intérêt pour l’un des peintres majeurs de la seconde moitié du XVIIIème siècle arrive alors que la civilisation occidentale est contestée, violemment remise en cause dans ses fondements idéologiques et son socle de valeurs.

Critiques, Expositions & Sorties

L’Amphithéâtre sanglant, La Lumineuse, Florence Beillacou (20ème Théâtre, Paris – 05/05/2015)

L’âpre saveur de la vie! La formule est mise en exergue du premier chapitre de L’automne du Moyen-âge (1919). Nous ne pouvons que souscrire à la démarche et à la formule à la redécouverte des textes de Jean-Pierre Camus (1584-1652), prédicateur tombé dans l’oubli,…

Critiques, Expositions & Sorties

Rome, creuset des peintres baroques (Exposition Petit Palais du 24 février au 24 avril 2015)

Au XVIIe siècle Rome a attiré nombre de peintres venus de l’Europe entière : de la France voisine (on pense en particulier à Claude Gellée, dit Le Lorrain, qui y passa la plus grande partie de son existence) mais aussi d’Europe du Nord, et en particulier des Pays-Bas déchirés par la guerre…

Critiques, Expositions & Sorties

Vermeer sur tatami (National Museum Art Center, Tokyo)

L’exposition actuellement présentée au National Museum Art Center de Tokyo réunit 83 œuvres de l’Antiquité au XIXème siècle, autour du thème des scènes de genre. Le sujet fait la part belle à la peinture flamande et hollandaise, mais aussi au XVIIIème…

La Terre sous vos pas va devenir plus belle

Regards

Littérature & Beaux-arts

La Jeune Fille et la Mère (Tiziano Scarpa, Stabat Mater)

  Tiziano SCARPA (né en 1963) Stabat Mater, 2008. Prix Strega 2009. Parution française : Christian Bourgois Editeur, 2011. 130 pages....

Littérature & Beaux-arts, Regards

La chant des anges : du motet flamand chez le Caravage

Dans le magnifique Palais Doria Pamphili, à Rome, parmi les corridors de merveilles (accompagnées d’un commentaire...

Littérature & Beaux-arts, Regards

Le Sapin de la Muse : notre sélection de livres pour Noël

Noël et la Saint-Sylvestre se profilant et avec eux nous l’espérons un délicieux cortège de retrouvailles familiales et amicales propices à l’échange de quelques présents, nous souhaitions poursuivre en cette occasion le remplissage du Sapin de la Muse et remettre en lumières quelques ouvrages parus ces dernières années et pouvant avantageusement agrémenter tant la hotte du Père Noël que quelques jours de congés pris à cette occasion. Retour donc, en quelques petites madeleines, sur quelques savoureux ouvrages à lire au coin du feu.

Littérature & Beaux-arts, Regards

La Fillette au brasier enflamme les cœurs (George de La Tour)

4 340 000 euros (frais inclus) chez Lampertz à Cologne ce jour, 10 décembre 2020.  A l’heure où l’on ne parle que de dépenses essentielles de coupes drastiques, de serrage de vis ou de ceinture, de déficits et de faillites, faut-il se réjouir de ce record battu ? Record pour un George de La Tour (1593-1652), dont il ne subsiste que 48 tableaux (à titre de comparaison on en dénombre 37 pour le rare Vermeer sans entrer dans les querelles d’attribution, ou encore plus de 80 Caravage).

Littérature & Beaux-arts, Regards

Saint-Marc au Pays des Muses (Bruno Racine, Le Gouverneur de Morée – Grasset)

“Nous avons plus de force que de volonté ; et c’est souvent pour nous excuser à nous même que nous nous imaginons que les...

Cinéma, Regards

Terra di Dio (Rossellini, la Prise de pouvoir par Louis XIV – 1966)

La Prise de Pouvoir par Louis XIV annonce bien son objet dès le titre : chronique par tableaux inspirée des travaux de Philippe Erlanger, elle conte, épisodes par épisodes, la mort de Mazarin, la disgrâce de Fouquet, la création de Versailles, les amours avec Melle de La Vallière, les rituels de la cour. Film éminemment politique et didactique, un peu poussif dramatiquement, La Prise de Pouvoir recèle des scènes d’anthologie.

Et quelle importune voix vient troubler mon repos ?

Horizons & Débats

Mes yeux sont éblouis du jour que je revois

Portfolio

Actualités, Horizons & Débats

Eloge de la mollesse

Billet d’humeur L’autre jour, nous écoutions un vieil enregistrement de l’Ottone de Haendel, très british, avec James...

Actualités, Editos, Horizons & Débats

Le réveil de la Muse

Voici exactement 5 ans que notre Muse s’est soudainement endormie. Respirant les effluves d’un irrésistible pavot digne des machinations de la Cybèle d’Atys, bouleversé par les courants impétueux de la vie, notre vaisseau, téméraire esquif, a replié ses voiles, et gagné un havre salvateur.

Actualités, Horizons & Débats

Le latin : à la jésuite ou à la française ?

Dans le cadre de notre débat sur la prononciation dite restituée, abordons, après le cas du français et de l’anglais la noble langue des Romains et de l’Eglise…

Nous avons là affaire à un autre problème puisque le latin est une langue morte (sauf au Vatican, et encore). Diverses prononciations s’affrontent telles latin à la française, latin jésuite, latin classique. L’habitude est de prononcer le latin à la jésuite (latin d’Eglise) dans les enregistrements d’œuvres religieuses et sacrées. 

Close