CDs & DVDs

“J’y ay observé perpendiculairement la juste valeur des tems et des notes; et à proportion du sçavoir et de l’âge des personnes, on trouvera des piéces plus ou moins difficiles, à la portée des mains excélentes, des médiocres et des foibles. L’usage m’a fait connoître que les main vigoureuses et capables d’exécuter ce qu’il y a de plus rapide et de plus léger ne sont pas toûjours celles qui reüssissent le mieux dans les piéces tendres et de sentiment, et j’avoueray de bonne foy que j’ayme beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend.”
(François Couperin, Préface du Premier Livre des Pièces de Clavecin, 1713)

CDs & DVDs, Critiques

Un vrai canon

Avant même la révolution baroque et l’engouement pour ce répertoire, avant l’arrivée des instruments d’époque et le triomphe du clavecin, qu’étaient nos amis devenus ? Eh bien pas grand chose, mais dans cette Bérézina surnageaient Bach, Vivaldi, Haendel, le soi-disant Adagio d’Albinoni (bidouillage d’un musicologue qui n’a que peu à voir avec le style de ce compositeur) et… le Canon de Pachelbel…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le premier opéra londonien de Händel

En 1710, Händel prend congé de l’Electeur de Hanovre et part à Londres où des propositions lui avaient été offertes. Pour son premier opéra londonien, Händel prépare une œuvre à grand spectacle : la riche orchestration, les airs enlevés et le recours à de nombreuses machineries doivent éblouir le public anglais.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Divinement timbrée !

Certains de nos collègues n’aiment pas Margaret Price, dénonçant un timbre d’une platitude dramatique absolument confondante, une émission aux reflets légèrement métalliques, qui a l’air de se gargariser de sa supposée beauté.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“Alceste ne vient point et nous devons l’attendre” (Acte II scène 1)

Alceste fut représentée pour la première fois à Versailles en 1674. La belle gravure de Jean le Pautre permet d’avoir une assez bonne idée des effectifs engagés pour sa représentation dans la Cour de Marbre deux ans plus tard. On y voit notamment l’agencement stéréophonique avec les tribunes de musiciens placées à la droite et à la gauche du Roi…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Intense

Si les concertos de Vivaldi se suivent et se ressemblent – disent les mauvaises langues – ce n’est pas le cas de ses sonates où il fait montre d’une plus grande originalité. En 1974, Michael Talbot exhume un manuscrit autographe qui dormait à la Central Library de Manchester, sans doute copié de la main du père même de Vivaldi pour être offert au Cardinal Ottoboni, malgré l’absence de dédicace.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le dernier oratorio de Händel…

C’est un compositeur âgé et malade qui entreprend l’écriture de Jephta au début de l’année 1751. La partition autographe comprend d’ailleurs des annotations peu équivoques telles Biss hier herkommen, den 13. Febr. 1751 verhindert worden wegen relaxation des Gesichts meines linken Auges…

En savoir plus
Close