Auteur : MB-admin

Documents d'époque, Regards

“Il sombra dans la platitude” : Vivaldi critiqué (1776)

Vivaldi composa (…) deux livres de concertos intitulés Il Cimento dell’ Armonia e dell’lnventione ; mais le nom usuel en est les Saisons. L’idée de cet ouvrage doit sembler fort ridicule…

En savoir plus

Actualités, Brèves

Pourquoi un 17 octobre ?

17 octobre 2020. Paris se confine, la Muse s’éveille. Que fait-elle donc là, sans cesse à contretemps, alors que les salles de concert, d’opéra, de spectacle, de théâtre baissent le rideau ou frappent des trois coups à des heures précoces ? Et quel esprit dérangé a t-il choisi une date si vierge de compositeurs, de première, pour une renaissance en discrète fanfare ? 

En savoir plus

Actualités, Brèves

Doulce Mémoire recherche 3 chanteurs

L’ensemble de musique Renaissance Doulce Mémoire organise des auditions pour recruter
trois chanteurs en vue de son prochain spectacle musical qui sera créé durant l’été 2021
(répétitions à prévoir sur le premier semestre 2021).

En savoir plus

Patrimoine, Vagabondages

Le bois soleil (Vinsobres, Drôme provençale)

Il existe dans la Drôme un petit village célèbre pour ses croquets (des biscuits durs) et pour sa vigne. Après la révocation de l’Edit de Nantes, la petite église dite d’en haut devient trop petite face à l’afflux de réformés convertis. On n’en construit donc une nouvelle dès 1685 au centre du village, aux frais des nouveaux convertis… Mais entrons dans cet édifice simple et vaste. Dès le portail franchi, on se trouve face a un remarquable lustre de bois de tilleul doré XVIIème siècle.

En savoir plus

Documents d'époque, Regards

“Un grand clavessin” (inventaire après décès de Couperin)

Quatre jours après la mort de François Couperin, un inventaire après décès fut dressé le 16 septembre 1733, comme il était d’usage. Il s’agit souvent d’une source d’information de premier ordre, qui permet de pénétrer l’intimité d’un compositeur au sujet duquel subsiste encore de nombreux mystères. On trouvera ainsi les instruments que Couperin possédait chez lui tels un beau clavecin de Blanchet, des épinettes, violes et violons.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Ulysse, le retour (Rebel, La Simphonie du Marais, Hugo Reyne – Musiques à la Chabotterie)

Jean-Féry REBEL (1666-1747) Ulysse (1703) Guillemette Laurens (Circé) ; Stéphanie Révidat (Pénélope) ; Bertrand Chuberre...

En savoir plus

Entretiens, Rencontres

“Je ne suis qu’un passeur d’émotions” : rencontre avec Bruno Le Levreur, contre-ténor & Laurent Carudel, conteur

Bruno Le Levreur : Je chante depuis l’âge de neuf ans et j’ai finalement appris mon métier sans le savoir à la maîtrise de la cathédrale d’Angers. Je n’ai découvert ce timbre de contre-ténor que tardivement, vers 22 ans, et, alors que j’étais en maîtrise de droit, j’ai été pris au centre de musique baroque de Versailles. Aussi, je fais principalement de la musique baroque car j’ai une voix de contre-ténor.

En savoir plus

Musicologie, Regards

La Haute-contre

Il existe quelques hautes-contre en voix de femme qui n’ont pas la rondeur des bas-dessus (mezzo), mais une force bien supérieure, avec un timbre qui est celui de la vraie haute-contre (sic). J’ai connu une dame religieuse qui, avec une telle voix, en couvrait facilement trente autres, et se faisait entendre à une distance extraordinaire. Voilà qui laisse rêveur…

En savoir plus

Histoire, Regards

Jules César en Egypte

Le livret de l’opéra Giulio Cesare de Händel s’inspire de l’épopée égyptienne de Jules César. Si son auteur Nicola Francesco Haym a pris de nombreuses libertés vis-à-vis de la réalité historique, il n’en reste pas moins que la trame du récit se base sur des faits réels : En – 48, la guerre civile fait rage entre César et le dernier défenseur du système républicain : Pompée.

En savoir plus

Documents d'époque

Utmiutsol contre Uremifasolasiututut

En 1748 paraissent Les Bijoux indiscrets, œuvre romanesque anonyme. Elle consiste en une succession de petites saynètes d’une Afrique imaginaire, traitées sur le mode ironico-comique, un peu à la manière des Lettres Persanes de Montesquieu, la légèreté en plus. En effet, première œuvre romanesque de Diderot (genre alors peu considéré), les Bijoux indiscrets sont également une œuvre de divertissement, avec des passages licencieux.

En savoir plus

Documents d'époque, Regards

Brevet de Musicien de la Chambre du Roi (1679)

Dès 1675, Marais est remarqué par Lully qui l’engage dans l’orchestre de l’Opéra. Toutefois, les finances du couple Marais demeurent médiocres et ne lui permettent pas d’acheter de charge dans la Musique de la Chambre (cf. Les institutions musicales versaillaises). Louis XIV, fin mélomane vint à son secours en 1679, après le décès du gambiste Gabriel Caignet et offrit la charge au jeune musicien qui devenait ainsi Officier ordinaire de la Musique de la Chambre du Roi, avec un salaire de 600 livres par an, s’additionnant à celui qu’il recevait de l’Opéra.

En savoir plus

Musicologie, Regards

Le Grand Motet

Ceci n’est pas à proprement parler un exposé mais une large présentation dont le but est de familiariser l’auditoire avec le corpus d’expressivité de la musique sacrée et religieuse de l’époque. Notre propos s’apparente plus à une découverte et à une recontextualisation qu’à une analyse.

En savoir plus

Documents d'époque

Charles Burney analyse Orlando de Haendel (1789)

De 1776 à 1789, Charles Burney, musicologue et musicien, fit paraître sa monumentale Histoire générale de la Musique (A General History of Music) sur laquelle il travaillait depuis 1769 et pour laquelle il effectua un voyage d’étude de 6 mois en France et en Italie. Fidèle à l’esprit encyclopédiste des Lumières, l’auteur tente de retracer en une vaste fresque analytique l’histoire de la musique européenne depuis l’Antiquité grecque.

En savoir plus

Documents d'époque

Acte de soumission de Lully

En septembre 1681, Joseph Clausel, l’un des conseillers secrétaires du Roi trépasse, ce qui laisse la charge vacante. Lully obtient l’autorisation du Roi de l’acheter à la veuve du défunt, moyennant la somme considérable de 63 000 livres, ce qui est fait le 23 décembre. Lully ne perd alors pas une demi-croche, et s’adresse au Chancelier Le Tellier pour initier la procédure de nomination.

En savoir plus

Histoire, Regards

La technique théâtrale en 1778

A la suite du Cadmus & Hermione de Lully ressuscité en automne 2007 par Vincent Dumestre avec ses changements de décors à vue et son éclairage à la bougie, vous avez été nombreux à vous interroger sur les coulisses du théâtre baroque. Comment faisait-on à l’époque pour faire pivoter ces panneaux ?

En savoir plus

Musicologie, Regards

Le Te Deum, ou l’exaltation de la gloire du monarque

La société du XVIIème siècle est une société en guerre permanente, une société de guerre. La paix, exceptionnelle, n’est qu’une trêve où l’on renforce les forteresses et où l’on rééquipe les troupes. Durant la quarantaine d’années qui séparent l’invasion de la Hollande en 1672 à la mort de Louis XIV en 1715, l’Europe occidentale n’a été en paix qu’entre 1797 et 1701.

En savoir plus

Horizons & Débats

Glenn Gould sur Bach

Glenn Gould a toujours aimé Bach avec lequel le jeune virtuose commença son ébouriffante carrière chez CBS en 1955, avant de tirer sa révérence auprès du Cantor avec un nouvel enregistrement en 1981, toujours des Goldberg, démembrées, disséquées, écartelées, reconstruites avec un goût de la provocation, de l’iconoclaste, du risque mais aussi du génie.

En savoir plus

Documents d'époque

Emprisonnement à Weimar et congé de Cöthen

En 1717, après la mort du vieux maître de chapelle Drese, le duc de Weimar nomme son fils sans proposer la charge à Bach. Le compositeur en est profondément vexé. En même temps, les relations entre le jeune duc Ernst August dont Bach est plus proche se détériorent avec son oncle le duc régnant Wilhelm Ernst.

En savoir plus

Documents d'époque

L’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie

Qu’en est-il du fameux incendie de la fameuse bibliothèque, tel qu’il est suggéré dans l’acte III du Giulio Cesare de Haendel ? L’Encyclopédie répond à cette question.

En savoir plus

Documents d'époque

La Traduction du Te Deum par le poète Agrippa d’Aubigné (1552-1630)

Le Dieu, nous te louons est l’un des rare exemple de Te Deum en français mesuré. Le poète protestant lui-même jugeait pourtant le français trez commode aux choses gaillardes, et si vous n’y aportez un grand labeur, trez impropre aux choses pesantes et majestueuses …. Mis en musique par Claude Lejeune, ce Te Deum a fait l’objet d’un bel enregistrement chez Alpha, dirigé par Olivier Schneebeli (Alpha 032, Claude Lejeune, Motets pour le culte catholique & Psaumes protestants).

En savoir plus
Close