Étiquette : Musique pour orchestre

CDs & DVDs, Critiques

Raphaël : quatre consonnes, et trois voyelles

Hum… oui… bon… m’enfin. Tels sont les mots qui viennent à la bouche du critique bredouillant et perplexe face à ce disque à la jaquette sublime, où un homme en bonnet (ressemblant à un vieux mandarin en chignon) passe devant un paysage de nuages ocres.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Tourbillon de notes et de sentiments

Combien de versions des Quatre Saisons existe-t-il au juste ? De Nigel Kennedy aux allures de rock-star à Herbert Von Karajan dont le jeu langoureux ressemble davantage à du Schubert qu’à du Vivaldi, presque tous les grands chefs s’y sont essayés et aucun n’a réussi à vraiment imposer sa version comme l’ultime interprétation de ces concertos de l’opus 8…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Noir et Sévère

On retrouvera dans ces concertos pour clavecin de Bach une majorité de transcriptions, soit de concertos disparus pour violon ou hautbois (BWV 1055-1056), soit des célèbres concertos pour violons (BWV 1054, BWV 1058, BWV 1062) ou des Brandebourgeois (BWV 1057), soit d’œuvres d’autres compositeurs tels Vivaldi et son Estro Armonico (BWV 1065).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un violon haute couture

La Cetra (La Cène) est un recueil de concertos pour violon moins célèbre que l’opus précédent Il Cimento dell’armoni e dell’invenzione (celui qui contient Les Quatre Saisons), et moins audacieux que l’Estro Armonico opus 3.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un archet bondissant

Oui, on les a entendu mille fois, ces concertos pour violons de Bach. 1043, le concerto pour 2 violons, 1041 et 1042, les deux autres concertos pour violon seul. Ah, 1060 ? Il s’agit de la reconstitution hasardeuse d’une œuvre disparue que l’on connaît par sa transcription pour clavecin. De quoi remplir décemment le timing du disque.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Avoir un quatre à sec

Les œuvres sont belles, on y sent l’Italie et sa lumière, ses charmes et ses sourires. Hélas, Reinhardt Goebel arrive avec son habituelle précision, et sa légendaire sécheresse. Les aqueducs se bouchent, les fleurs se fanent, le soleil disparaît.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Messieurs, la Cour !

Voilà un CD de plus en plus difficile à trouver et qui constitue une sorte de condensé de la musique de cour de la Régence d’Anne d’Autriche et de son Mazarin. Toutes ses Suites d’Orchestre datent de 1650-1660 et sont destinées aux Vingt-Quatre Violons du Roi.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Mangeons en musique…

Et non, l’œuvre de Delalande ne se résume pas à ses fanfares pour trompettes martiales et éculées, surjouées par les Jean-François Paillard et autres Paul Kuentz. D’une part, ses grands motets sont magnifiques, et d’autre part même les Symphonies pour les Soupers du Roi sont bien plus fines qu’on ne l’imagine.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Classico-baroque ?

Scheibe vécu à Leipzig, Hamburg et Holstein avant de partir vivre au Danemark en 1740. Pour l’anecdote, il perdit un œil à l’âge de six ans dans l’atelier de facture d’orgues de son père. Le compositeur est connu pour être le partisan avant l’heure d’un style plus épuré, plus simple et plus mélodique, dont il a développé les thèses dans le périodique musical Der critische Musicus, fondé par lui en 1737.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Oui…non… m’enfin…

Parfois, le sort est cruel avec Vivaldi, et on se prend à imiter les accents d’un John Hawkins acerbe dès 1776 sur les talents de compositeur du Prêtre Roux. Parfois le sort est cruel avec le Jardin Harmonique, et on se prend à imiter les accents d’un C. H. du temps de sa splendeur à Répertoire, lorsqu’il parachutait d’infâmes critiques réduisant des carrières en cendres avec plus ou moins d’à-propos mais sans se départir de sa verve inimitable.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Pas de marée sur la Tamise

Les instrumentistes sont remarquables de justesse, cuivres y compris. Les tempi fluides et bien choisis. Mais que manque t-il donc à ces deux enregistrements pour véritablement emporter l’adhésion ? De la spontanéité, de la rugosité, quelques couacs de la part des cornistes (pas autant que chez Harnoncourt, Malgoire ou Niquet mais un peu quand même), plus de mouvement ?

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Corelli est devenu galant

A l’écoute de cet enregistrement peu connu, l’auditeur pense immédiatement au modèle corellien des sonates d’églises : alternance lent-vif-lent-vif, polyphonie simple et mélancolique, passages en imitation, structure en trio. Pourtant, ce n’est certainement pas du Corelli.

En savoir plus
Close