Étiquette : Oeuvre pour clavier

CDs & DVDs, Critiques

Canzona, canzona

Trabaci, un nom qui sonne comme l’appellation sucrée d’une ville d’Italie, alors que les premières notes d’une Gagliarda énergique et souriante font songer irrésistiblement à du Frescobaldi sous le toucher coloré et ductile de Lydia Maria Blank. Trabaci, auteur prolifique célèbre à l’époque pour sa musique pour clavier, et dont la jeunesse reste nimbée de mystère, Trabaci enfin organiste de l’Oratorio dei Filippini, puis de la Chapelle des Vice-Rois de Naples.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Nuits d’ivresse printanière

Du Scarlatti au clavecin, mais pas celui qu’on croît, car un Scarlatti peut en cacher un autre. Le sourire aux lèvres, tel que dépeint sans doute par Francesco Solimena sur la jaquette. Vous autres lecteurs qui vous délectez de l’intégrale de Scott Ross des Exercices de clavecin de Domenico serez peut-être surpris d’apercevoir dans les bacs (d’un disquaire de goût) cette réédition où Rinaldo Alessandrini se lance avec jubilation et nonchalance dans les pièces d’Alessandro Scarlatti, bien plus célèbre pour ses oratorios. La parution célèbre le 350ème anniversaire de la naissance du compositeur…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’élégance du hérisson ?

Après la lecture de caméléon virevoltant de Bertrand Cuiller (Alpha) que nous avons récemment chroniquée, Mathieu Dupouy, musicien et fondateur du label Hérissons, nous propose en guise de quatrième parution un récital également consacré aux Sonates de Domenico Scarlatti, ces quelques 600 essercizi (esercizi en italien actuel pour répondre à des remarques d’orthographe de nos lecteurs) sans prétention mais si jouissifs destinés à la princesse Maria Barbara du Portugal.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

« Montre-toi plus humain que critique ; et ainsi tes plaisirs en seront plus grands » (D. Scarlatti, Préface des Essercizi per gravicembalo)

K119. Ce n’est pas encore le matricule de l’épopée dangereuse d’un sous-marin soviétique en perdition sous les pôles, mais une aventure tout aussi périlleuse dans les méandres scarlattiens. C’est sans compter l’énergie et la fantaisie de Bertrand Cuiller, qui se lance avec délectation dans l’écriture variée et imprévisible du compositeur, aidé en cela par le Bel Italien de Philippe Humeau, un clavecin coloré, résonnant, aux graves ventrus.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une folle envie de découvrir

A la fin du XVIIe siècle, un orphelin d’une dizaine d’années chaparde des partitions…, non ce début n’est pas celui d’un roman de Dickens, mais une histoire véridique qui en dit long sur le tout jeune Jean-Sébastien Bach. Confié à son frère ainé à la mort de ses parents, le tout jeune garçon remarque un livre dans la bibliothèque de son frère contenant des œuvres de Froberger, Kerll ou Pachelbel.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’agaçante Pantomime

Nos lecteurs les plus assidus (et nous savons que vous existez) auront remarqué les délais impressionnants dans la parution d’ycelle critique. Votre serviteur, dont la fidélité et la dévotion à votre égard est, malgré ces apparences, inchangée, se doit d’alléguer plein de justifications si peu intéressantes qu’il ne le fera pas ici. Toutefois, il faut aussi avouer que la jaquette du disque ornée de la figure d’un Pierrot au teint devenu bien trop pastel par des retouches excessives ne pouvait que le faire frémir d’effroi.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

• One Comment

L’un des rares disques consacrés au clavicorde

On ne juge pas un livre à la couverture, et un disque non plus. Derrière une pochette dont on serait tenté de dire que nous la trouvons presque hideuse, Mathieu Dupouy, claveciniste et fondateur du label Hérisson nous offre un programme intéressant, interprété avec beaucoup de sensibilité…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Des agréments qui nous agréent

Riche et copieuse, la musique de Jean-Henry d’Anglebert est d’une confondante légèreté, tout en ornements, en agréments. Jamais virtuose à l’excès, souvent d’une densité machiavélique, elle sait nous enchanter très vite. Et il en va de même pour l’interprétation que donne Laurent Stewart de ces trois Suites pour clavecin…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

• One Comment

Un nouveau monde…

Superbe idée que celle de cette nouvelle addition à la collection Ambroisie – Naïve en partenariat avec la Cité de la Musique, qui permet aux mélomanes d’entendre les trésors que recèle le Musée de la musique (avec une notice très instructive dévolue à l’instrument). Christophe Rousset est tout à Rameau ces temps-ci.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’orgue est décidemment le roi des instruments

Les Orgues Bernard Aubertin de Saint-Louis-en-l’île avait déjà fait les délices suprêmes de votre humble serviteur, lorsque doucement mis en branle par Gustav Leonhardt, maître incontesté et incontestable de l’instrument, le mois dernier.Voici l’occasion donc de les entendre à nouveau, et dans un répertoire totalement différent

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

En perdre la Raison

Voici un enregistrement de grande qualité, reconstitution inédite au disque, et qui ravira les amateurs d’André Raison, qui avaient déjà pu goûter le style élégant, simple et noble du compositeur dans les Messes du premier et du 2ème ton interprétées avec justesse par Serge Schoonbroodt (Tempéraments).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Et au milieu coule une rivière…

On ne compte évidemment plus le nombre d’enregistrements disponibles de ce must du répertoire pour clavecin (bien que certains le concèdent au piano — nous nous réprimerons cependant de statuer sur la question — sans même oser mentionner les transpositions plus hasardeuses pour ensembles d’instruments, ou autres solistes non-klavieristes).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Les pédales sur terre et la tête dans les étoiles

Ach, Teufel, voici Bach au piano. On tempête, on s’émeut, on réclame l’orgue et le clavecin à cor et à cri. Mais le cor se bouche et le cri s’éteint devant l’interprétation profonde d’Edna Stern qui sait extraire de son piano anonyme (le facteur n’est pas précisé) un son d’une intense plénitude sonore qui n’a d’égale que la cohésion programmatique des pièces et l’enchaînement bien pensé des tonalités.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

« On désire savoir ce qu’est devenu Monsieur du Phly, ancien maître de clavecin à Paris, où il était en 1767. »

Il y a d’abord un lieu magique, le Château d’Assas et son instrument hanté par le regretté Scott Ross… Il y a ensuite un compositeur, souvent un peu méprisé car classé dans la catégorie des petits maîtres post-couperiniens, relégué avec les Balbastre, Boismortier et autres Pancrace Royer

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

En tournant les pages du cahier…

Un nouveau label créé pour l’occasion, un digipack épais, manuscrit, presque artisanal. Haendel au piano. Encore. On met le disque sur la platine, presque à regret devant ce nouvel outrage fait à notre clavecin chéri pour goûter la sensualité d’une caresse, la douceur satinée d’un toucher qui prend son temps…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

"Man muss lernen, was zu lernen ist, und dann seinen eigenen Weg gehen" (Haendel)

Voici un digipack soigné, un peu coûteurx, orné d’une belle photographie dépliante où l’interprète sourit humblement adossée aux superbes rayonnages d’une vieille bibliothèque aux reliures d’époque. Une interprète qui joue les 16 Suites pour clavecin du Caro Sassonne sur un gros Steinway.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’Art de la fugue, un coup de Maître

L’Art de la fugue passe pour une œuvre difficile, réservée aux spécialistes, et même ennuyeuse, voire rébarbative. « Encore, aux instruments, pourquoi pas ? cela introduira du moins quelque variation, mais au seul clavier, Seigneur non ! » Moi-même, quand j’ai ouvert le paquet-surprise contenant ce disque, j’ai eu comme un mouvement de recul… et pourtant…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

"L’Art de toucher le clavecin"

Pour son deuxième disque soliste, Violaine Cochard préfère nous toucher que nous surprendre : le premier était consacré à Couperin, le second… aussi ! Et c’est avec grand plaisir qu’on la retrouve dans ce répertoire qui lui convient si bien.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

"Une œuvre dont la facilité ou la légèreté apparentes nous peuvent émerveiller comme nous émerveille la grâce" (Frédérick Haas)

Frédérick Haas aime le clavecin, et aime Couperin. Comme Gustav Leonhardt aime Bach. Comme il peut se faire des rencontres miraculeuses entre un instrument, un compositeur et un musicien. Car on peut presque parler de miracle en écoutant sans peine ces plus de deux heures de musique pour clavecin, instrument trop souvent jugé aride, sec, inexpressif et d’écoute douloureuse.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le mystère des barricades (Couperin, Blandine Verlet – Aparté)

Voici le grand retour discographique de Blandine Verlet à Couperin après son intégrale controversée parue chez Astrée (1976-1980). Controversée, car à l’époque, le toucher bouillonnant de la claveciniste – qu’il est évidemment réducteur de qualifier de quelques épithètes qui ne sauraient embrasser la variété d’affects de l’intégrale – son recours à une ornementation généreuse, à des tempi souvent plus virtuoses que rêveurs…

En savoir plus
Close