Regards

“Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie?” (Proust, A la recherche du temps perdu)

Musicologie, Regards

Le saviez-vous ? Stabat Mater de Pergolèse, un air de déjà-vu

  Pergolèse. Au même titre que les Quatre Saisons, le moindre adolescent en goguette, peut fredonner “Staaaaabat M-a-ater...

En savoir plus

Musicologie, Regards

Miroir, mon beau miroir : dans quelle pièce du Palazzo Ducale de Mantoue a été créé l’Orfeo ?

Si Colbert craignait que Versailles ne devienne un “monstre en bastiment”, le Palais ducal de Mantoue en est indubitablement...

En savoir plus

Documents d'époque, Regards

“Vis heureux” : Monteverdi, Préface du VIIIè Livre de Madrigaux (1638)

Claudio MONTEVERDI : Préface du VIIIème Livre de Madrigaux (1638) Nous avons beaucoup parlé de l’Orfeo ces derniers temps,...

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Chi lo sa ? (P. Barbier, Pour l’amour du baroque – Grasset)

“On le voit, rien n’est simple, rien n’est couru d’avance” Patrick BARBIER Pour l’amour du baroque 368p, Paris,...

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Lully, le chat du Roi-Soleil (Hervé Mestron, ed. Oskar)

Il s’avère que le chat de la maisonnée s’enfuit à la recherche de son passé et se découvre la réincarnation de Jean-Baptiste Lully. Totalement déboussolé, notre félin dès lors compose, danse, écrit des opéras, fabrique des décors, et ronronne pour faire sa cour au Roi.

En savoir plus

Histoire, Regards

La France sauvée (la Bataille de Denain, 24 juillet 1712)

  On l’oublie trop souvent pour ne retenir que la glorieuse défaite de Malpaquet (1709), défaite tactique, où l’armée...

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts

La Jeune Fille et la Mère (Tiziano Scarpa, Stabat Mater)

  Tiziano SCARPA (né en 1963) Stabat Mater, 2008. Prix Strega 2009. Parution française : Christian Bourgois Editeur, 2011. 130 pages....

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

La chant des anges : du motet flamand chez le Caravage

Dans le magnifique Palais Doria Pamphili, à Rome, parmi les corridors de merveilles (accompagnées d’un commentaire...

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Le Sapin de la Muse : notre sélection de livres pour Noël

Noël et la Saint-Sylvestre se profilant et avec eux nous l’espérons un délicieux cortège de retrouvailles familiales et amicales propices à l’échange de quelques présents, nous souhaitions poursuivre en cette occasion le remplissage du Sapin de la Muse et remettre en lumières quelques ouvrages parus ces dernières années et pouvant avantageusement agrémenter tant la hotte du Père Noël que quelques jours de congés pris à cette occasion. Retour donc, en quelques petites madeleines, sur quelques savoureux ouvrages à lire au coin du feu.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

La Fillette au brasier enflamme les cœurs (George de La Tour)

4 340 000 euros (frais inclus) chez Lampertz à Cologne ce jour, 10 décembre 2020.  A l’heure où l’on ne parle que de dépenses essentielles de coupes drastiques, de serrage de vis ou de ceinture, de déficits et de faillites, faut-il se réjouir de ce record battu ? Record pour un George de La Tour (1593-1652), dont il ne subsiste que 48 tableaux (à titre de comparaison on en dénombre 37 pour le rare Vermeer sans entrer dans les querelles d’attribution, ou encore plus de 80 Caravage).

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Saint-Marc au Pays des Muses (Bruno Racine, Le Gouverneur de Morée – Grasset)

“Nous avons plus de force que de volonté ; et c’est souvent pour nous excuser à nous même que nous nous imaginons que les...

En savoir plus

Cinéma, Regards

Terra di Dio (Rossellini, la Prise de pouvoir par Louis XIV – 1966)

La Prise de Pouvoir par Louis XIV annonce bien son objet dès le titre : chronique par tableaux inspirée des travaux de Philippe Erlanger, elle conte, épisodes par épisodes, la mort de Mazarin, la disgrâce de Fouquet, la création de Versailles, les amours avec Melle de La Vallière, les rituels de la cour. Film éminemment politique et didactique, un peu poussif dramatiquement, La Prise de Pouvoir recèle des scènes d’anthologie.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Avaler une couleuvre (Harambat, Les Invisibles – Futuropolis)

Pour sa première bande dessinée/roman graphique,  Jean Harambat n’a pas choisi la facilité. Un sujet peu connu mais qui gagne à l’être (les révoltes contre la gabelle en Gascogne de 1664 à 1670) une construction scénaristique complexe avec une histoire contée de trois points de vue différents, et un dessin tout en camaïeu de gris, de brin de noir

En savoir plus

Histoire, Regards

Marseille : confinement sous peine de mort (1720-1722)

Alors que nous sommes replongés dans l’éloge du quotidien, et que notre univers s’est réduit à quelques mètres carrés, et...

En savoir plus

Documents d'époque, Regards

“Il sombra dans la platitude” : Vivaldi critiqué (1776)

Vivaldi composa (…) deux livres de concertos intitulés Il Cimento dell’ Armonia e dell’lnventione ; mais le nom usuel en est les Saisons. L’idée de cet ouvrage doit sembler fort ridicule…

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Vaudeville sanglant (Philippe Beaussant, Stradella)

La vie de Stradella étant digne d’un livret d’opéra, il était normal que Philippe Beaussant s’en fasse le metteur en scène, au risque d’en édulcorer, par trop de synthèse, les aspects les plus académiques mais pas les moins révélateurs de son parcours. Nous retrouvons donc Stradella à la fin de sa vie, au moment où il est obligé de fuir Rome afin de poursuivre sa création et ses amours à Venise. Où l’on verra notre musicien composer, séduire, tomber amoureux, louvoyer entre les impossibles, et finalement fuir à nouveau avant de tragiquement terminer, après quelques rebondissements que la bienséance nous oblige à le pas déflorer.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Le Peintre & l’Astronome : Vermeer, le 3 de septembre 1659, à huit heures du matin

Nous sommes à Delft en ce mercredi 3 septembre 1659, à 8 heures. Le soleil vient illuminer la tour de l’horloge de la Niewe Kerk, et produit des ombres portées précises. A sa fenêtre, au second étage d’une auberge, située de l’autre côté du bassin du port, le Kork, un jeune homme de 27 ans contemple la scène, dessine un croquis, et peindra une vue qui deviendra un mythe. C’est Johannes Vermeer.

En savoir plus

Documents d'époque, Regards

“4 vieilles chaises, 3 vieilles malles” : inventaire après-décès de Haendel (1759)

Cette liste un brin macabre de la maison du caro Sassone ne révèle pratiquement rien de l’activité du compositeur. S’y déroule, avec stupeur, une sorte de monotone liste de blanchisserie, où s’accumule un bric-à-brac qui étonne par sa modestie voire sa misère, d’un “miroir brisé” à de “vieilles chaises paillées”.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

L’éruption littéraire de la Naples Baroque (Dominique Fernandez, Porporino)

La publication en janvier dernier de L’Italie Buissonnière (Grasset) de Dominique Fernandez, suite de très érudites pastilles sur des joyaux souvent méconnus de l’immense patrimoine artistique de la péninsule, nous a donné envie de replonger dans l’une des œuvres phares de son auteur, Porporino, ou les Mystères de Naples (Grasset). Publié en 1974 et auréolé du prix Médicis la même année, l’ouvrage devait valoir à son auteur un début fort mérité de reconnaissance critique qui se confirmera quelques années plus tard par son Goncourt.

En savoir plus

Documents d'époque, Regards

“Un grand clavessin” (inventaire après décès de Couperin)

Quatre jours après la mort de François Couperin, un inventaire après décès fut dressé le 16 septembre 1733, comme il était d’usage. Il s’agit souvent d’une source d’information de premier ordre, qui permet de pénétrer l’intimité d’un compositeur au sujet duquel subsiste encore de nombreux mystères. On trouvera ainsi les instruments que Couperin possédait chez lui tels un beau clavecin de Blanchet, des épinettes, violes et violons.

En savoir plus
Close