Étiquette : récital

Concerts, Critiques

“Aspirer à la liberté !” (Haendel, Récital Karina Gauvin – Salle Gaveau, 14/01/15)

Le 14 janvier dernier, lors d’une soirée consacrée à Haendel, le public parisien écoutait la soprano québécoise Karina Gauvin, et découvrait un nouvel ensemble de musique baroque, le Concert de la Loge Olympique, fondé par Julien Chauvin, issu du Cercle de l’Harmonie (co-fondé avec Jérémie Rhorer) dont voici le concert inaugural…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Triomphe de l’art : Julia Lezhneva, Il Pomo d’Oro (Théâtre des Champs Elysées, Paris, 15 /11/2014)

Il y avait longtemps que je n’avais pas entendu une telle pureté dans le son d’un violon me suis-je dit alors que s’élevaient les premières notes du Concerto pour violon en si bémol majeur de Telemann. Dirigé par Dmitry Sinkovsky, également premier violon, l’attaque du concerto était précise et nette et la technique parfaitement maitrisée.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un baroque dépaysant … (Patricia Petibon, “Nouveau Monde” – Deutsche Grammophon)

Après le concert donné en mai dernier à l’Opéra National de Lorraine (NANCY) par l’orchestre baroque de Mexico La Partenope, ce disque se révèle à son écoute tout autant dépaysant, exotique.
Patricia Petibon nous invite à un voyage riche en couleurs mêlant les chants traditionnels aux airs de compositeurs connus tels Rameau, Haendel, Purcell, et de moins connus tels De Nebra ou Le Bailly.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

La nuit blanche (Cecilia Bartoli, St Petersburg – Decca)

On imagine mal dans notre imaginaire actuel, que la Russie des Tsars eut une splendeur opératique avant Tchaikovsky. C’est encore Cecilia Bartoli qui nous étonne, après Gluck, Scarlatti, Caldara, Vinci, Porpora, Garcia, Pacini, Bellini, Rossini et Steffani, Dame Bartoli s’attaque pour notre plus grand bonheur aux compositeurs de la Grande Russie.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Flamboyant (Vivaldi – Opera arias – Hammarström, Concerto de’ Cavalieri, Di Lisa – DHM)

C’est un enregistrement en forme de concert que nous propose le Concerto de’ Cavalieri dans son dernier enregistrement, dans lequel des pièces orchestrales encadrent des airs regroupés en deux parties. Ces derniers puisent à la fois dans de grands classiques du Prêtre Roux (les deux airs d’Orlando Furioso), d’autres moins connus (en particulier ceux du rare Teuzzone)…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Friandises baroques d’entre Saône et Rhône (Haendel – Sabata, Onofri, Opéra de Lyon – 18/05/2014)

Lyon est un des hauts lieux de la gastronomie en France, et les touristes étrangers ne s’y trompent pas, qui se pressent en masse dans la capitale des Gaules, seconde métropole touristique française après Paris. Ce dimanche-là un fort vent rafraîchissait les ardeurs d’un écrasant soleil printanier, et les célèbres chocolatiers de la ville avaient fermé leurs devantures.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Travail d’orfèvre (Farinelli, Porpora’s arias – Jaroussky, Marcon – Erato)

Après l’hommage rendu au napolitain Porpora (1686-1768) par Andreas Scholl, Franco Fagioli, Philippe Jaroussky a voulu à son tour honorer le plus célèbre des castrats Farinelli, mythe créé de toute pièce par l’un des plus talentueux compositeurs de musique baroque Nicola Porpora.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Animal savant (Bach, Corette, Geminiani, Transfigurations, Les esprits animaux – Ambronay)

Il y avait eu un Telemann de bon aloi (Ambronay éditions). Convaincant mais un peu sec. Et voici les Esprits Animaux qui nous reviennent pour des transfigurations. Pour commencer, il faut bien avouer que le titre de ce programme qui ouvre la voie à un pot pourri allant « de la passacaille à la fugue, de la sonate aux chansons à boire, de la partition à l’improvisation » semble un prétexte à une plongée personnelle dans l’univers baroque…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“At Christmas I no more desire a rose Than wish a snow in May’s new-fangled shows, But like of each thing that in season grows.” William Shakespeare

C’est à un voyage initiatique, à l’atmosphère souvent mystique et fervente, que le Concert de l’Hostel Dieu nous convie dans cette captation de concert d’un programme jouée notamment en novembre et décembre dernier. Articulé autour de chants populaires italiens, catalans et provençaux, alternant passages solistes et passages choraux, lovés dans les frottements évocateurs du rabab ou des violes de Nolwenn Le Guern, très présente,…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Il Maestro

Niccolo Porpora a eu une vie complète. Avec ses bons et mauvais moments et toute l’étendue de l’humanité dans ses moindres saltimbanques. De Naples à Venise et de Londres à Vienne, il parcourut l’Europe du succès à la misère et de la gloire à l’oubli.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Absolutely faboulous

Les martinets ont installé définitivement l’été dans les verts coteaux de Lorraine. Leurs silhouettes stridentes mouchetaient l’azur absolu de célères imprécations. Au cœur des vallées où le vent joue à ébouriffer les blés en herbe, entre les rus secrets et les plaines ensoleillées, les clochers tels des guets anciens, dressent leur prière de pierre aux empyrées séculaires.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le soleil vainqueur des nuages (Haendel, Ann Hallenberg, Il Complesso Barocco, Alan Curtis – Naïve)

Pour accueillir le printemps 2013 Alan Curtis, éternel dénicheur de raretés (10 premières mondiales)- cette fois encore en étroite complicité avec Donna Leon – nous offre un récital haendélien précieux par ses redécouvertes…

En savoir plus

Concerts, Critiques

De grandes espérances

Après une ouverture marquée la semaine précédente par la prestation d’Anne Sofie von Otter et de l’ensemble Cappella Mediterranea -que nous n’avons malheureusement pas pu couvrir, mais dont le souvenir ému bruissait encore parmi les aficionados -, la seizième édition du Festival de Musique sacrée et baroque de Froville accueillait ce vendredi le jeune contre-ténor d’origine roumaine Valer Barna Sabadus…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Beaucoup de bruit pour rien (Venezia, Cencic, Il Pomo d’Oro – Virgin)

La production de Max Emanuel Cencic est particulièrement abondante ces derniers mois, avec les enregistrements des intégrales d’Artaserse (Virgin Classics) et d’Alessandro (Decca) sortis fin 2012, accompagnés de nombreuses représentations, et alors que résonnait encore le succès de ses Duetti avec Philippe Jaroussky parus en début d’année

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“There is nothing either good or bad but thinking makes it so.” (Haendel, Sabata, Aparté)

C’est un panorama original du répertorie haendélien que nous livre Xavier Sabata à travers ce récital Bad Guys. Il est en effet plus courant de mettre en avant les héros et les héroïnes affrontant avec détermination un destin crudel, peuplé de méchants qui s’opposent continuellement et par tous les moyens à leur bonheur…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Sans frayeur dans ce bois

Le titre est trompeur, et après la Nouvelle Espagne de Mare Nostrum (Alpha), ceux qui viendraient en ces lieux chercher des compositions de Domenico Zipoli ou autres messes de jésuites en seront pour leurs frais…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Le Capitole s’enflamme pour la sublime Joyce di Donato en souveraine absolue

Et si Joyce Di Donato était devenue la plus grande diva ? Si vraiment elle brillait bien au-dessus de ses consœurs mezzo et même soprano ? Le CD Drama Queens (Virgin Classics) nous avait enchanté et nous l’ avions écrit. Impossible de réécrire tout le bien que nous pensons de cette technique souveraine,…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Follia del Mondo

Ce récital, pendant religieux du remarquable Yo soy la Locura précédent (Anima e Corpo), est tout entier empreint de l’univers de la soprano Raquel Andueza, qui le hante de son timbre si reconnaissable et si difficilement descriptible à la fois. In Paradiso constitue ainsi un voyage au long cours, sur les caprices d’un fleuve nonchalant et intense,…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le cuisinier de Haendel

On cite souvent, dans la légende haendélienne la phrase malheureuse qu’il aurait prononcée contre le jeune Gluck : Mon cuisinier connaît plus le contrepoint que ce Gluck. Si non è vero e ben trovato. Mais n’en déplaise au grand Berlioz qui épingla le Caro Sassone pour cette affirmation, il se peut qu’au lieu d’une perfidie ce soit une sorte d’hommage.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

La puissance du “son”

Voici un enregistrement, qui, à la manière de l’Arpeggiata, transgresse les lisières entre musique populaire et musique savante, musique du monde et musique baroque. Et s’il paraît dans la fameuse collection du Chant de la Terre et non Ut pictura Musica de chez Alpha, c’est bien parce que Mare Nostrum, bien qu’offrant une interprétation historiquement informée …

En savoir plus
Close