Étiquette : Il Pomo d’Oro

CDs & DVDs, Critiques

Déferlement pyrothnique (Fagioli, Arias for Caffarelli, Il Pomo d’Oro – Naïve)

Les onze Arias ici présentés recouvrent des œuvres créées entre 1726 et 1751 sur les principales scènes de la péninsule italienne, dont bien entendu les prestigieux San Bartolomeo et San Carlo de Naples, épicentre de la musique italienne de cette époque. Franco Fagioli a ainsi avec à propos convoqué des compositeurs de premier plan (Porpora, Pergolesi, Léo, Hasse…) et leurs confrères moins connus (Genaro Manna, Pasquale Cafaro…)…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’Or de Naples (Max-Emmanuel Cencic, Arie Napoletane – Decca)

L’Or de Naples ! Le titre du film de De Sica aurait si bien convenu à ce récital de Max Emanuel Cencic, tellement le programme proposé est habile à nous émerveiller d’airs souvent enregistrés pour la première fois, pour neuf des onze de ce disque. Après la fougue du Quel vasto, quel fiero, tiré du Polifemo (1735) de Porpora qui ouvre en majesté ce programme et permet de souligner d’emblée la qualité de l’orchestre Il pomo d’oro et la maîtrise habile de la direction de Maxim Emelyanychev, prompte à rendre cuivres et violons aussi aériens que légers à l’unisson, tout en respectant un relief avec la voix qui ne sera jamais pris en défaut, Max Emanuel Cencic déroule un programme aussi séduisant qu’intimiste.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Ambition et débauche (Graun, Haendel, Perti, Porpora, Agrippina, Ann Hallenberg – DHM)

bien plus abouti que les récitals d’autres starlettes idolâtrées, ce disque nous révèle qu’un programme pensé et conçu intelligemment par des artistes qui se sont surpassés avec splendeur, et qui recèle douze airs rares démontrant avec variété et éclat que tout l’opera seria ne se réduit pas à un Haendel et un Porpora.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Les divins poèmes de la douleur (Sabadus, Engeltjes, Il Pomo d’Oro – Salle Gaveau, 26/11/2014)

La Salle Gaveau donnait un très bel aperçu des œuvres religieuses de la première moitié du XVIIIème siècle parmi les plus appréciées du public : le Stabat Mater de Pergolèse et le Nisi Dominus de Vivaldi. Bien que ces oeuvres sont régulièrement jouées, cette soirée était l’occasion de découvrir une nouvelle interprétation par deux jeunes contreténors à la colorature différente accompagnés par l’ensemble Il Pomo d’Oro.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Triomphe de l’art : Julia Lezhneva, Il Pomo d’Oro (Théâtre des Champs Elysées, Paris, 15 /11/2014)

Il y avait longtemps que je n’avais pas entendu une telle pureté dans le son d’un violon me suis-je dit alors que s’élevaient les premières notes du Concerto pour violon en si bémol majeur de Telemann. Dirigé par Dmitry Sinkovsky, également premier violon, l’attaque du concerto était précise et nette et la technique parfaitement maitrisée.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Fantastique Fagioli… (Il Pomo d’or, Minasi, Fagioli, Froville, 13/06/14)

Fondé en 2012, Il Pomo d’Oro s’est très vite imposé sur la scène baroque internationale notamment à Paris, Munich, Londres, Barcelone, Genève. L’ensemble tire son nom d’un opéra d’Antonio Cesti composé en l’honneur du mariage de l’empereur d’Autriche Léopold Ier avec Margarita Teresa d’Espagne à Vienne en 1666. Si l’opéra attire beaucoup cet ensemble, il raffole aussi de musique instrumentale comme l’atteste le programme de ce soir.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Le séduisant Valer… (Il Pomo d’Oro, Barna-Sabadus, Froville, 11/07/14)

Pour la seconde fois cette année, l’église romane de Froville accueille en son sein l’ensemble Il Pomo d’Oro. Fondé en 2012, Il Pomo d’Oro s’est rapidement imposé comme ensemble de renommée internationale (Paris, Munich, Londres, Barcelone, Genève). L’ensemble tire son nom d’un opéra d’Antonio Cesti composé en l’honneur du mariage de l’empereur d’Autriche Léoplod Ier avec Margarita Teresa d’Espagne à Vienne en 1666.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Tamerlan à la cour du roi Guillaume (Haendel, Tamerlano – Cencic, Xabata, Pomo d’Oro – Naïve)

La rivalité des deux conquérants Tamerlan et Bajazet avait inspiré les auteurs de théâtre européens dès le XVIIème siècle. Après le Bajazet de Racine (1672, centré sur un personnage portant ce nom, mais dans une aventure contemporaine sans Tamerlan), l’auteur dramatique français Jacques Pradon écrivit en 1675 un Tamerlan ou la Mort de Bajazet.

En savoir plus

Concerts, Critiques

De grandes espérances

Après une ouverture marquée la semaine précédente par la prestation d’Anne Sofie von Otter et de l’ensemble Cappella Mediterranea -que nous n’avons malheureusement pas pu couvrir, mais dont le souvenir ému bruissait encore parmi les aficionados -, la seizième édition du Festival de Musique sacrée et baroque de Froville accueillait ce vendredi le jeune contre-ténor d’origine roumaine Valer Barna Sabadus…

En savoir plus
Close