Étiquette : Hallenberg Ann

CDs & DVDs, Critiques

Ambition et débauche (Graun, Haendel, Perti, Porpora, Agrippina, Ann Hallenberg – DHM)

bien plus abouti que les récitals d’autres starlettes idolâtrées, ce disque nous révèle qu’un programme pensé et conçu intelligemment par des artistes qui se sont surpassés avec splendeur, et qui recèle douze airs rares démontrant avec variété et éclat que tout l’opera seria ne se réduit pas à un Haendel et un Porpora.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“Un Dieu, un Veracini” (Adriano in Siria, Prina, Hallenberg, Inverniizzi, Basso, Europa Galante, Biondi – Fra Bernardo)

Voici un enregistrement qui tout à la fois rend justice à Veracini, et éclaire d’un jour nouveau la production lyrique à Londres au XVIIIème siècle. Les admirateurs de Haendel connaissent tous la situation délicate dans laquelle le plaça la création de l’Opéra de la Noblesse, qui attira par de meilleurs cachets les chanteurs que le Caro Sassone avait fait venir d’Italie à grand prix : le castrat Senesino, la Cuzzoni, la basse Montagnana.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Les Amours déguisées

Reculer pour mieux sauter, telle serait la devise de Händel dans cette décennie 1730–1740. Après un franc succès depuis le début de la première Académie dans les années 1720, le désamour du volage public londonien s’avère désastreux pour les investissements financiers et humains de l’entreprise haendélienne.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Tito Manlio

Faisant montre de cette curiosité qui caractérise le Festival d’Ambronay, Alain Brunet invite pour cette édition le brillant orchestre Concerto de’ Cavalieri de Rome pour une recréation unique, celle du Tito Manlio de 1720, signé de trois noms : Giovanni Giorgi, Gaetano Boni et Antonio Vivaldi…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le soleil vainqueur des nuages (Haendel, Ann Hallenberg, Il Complesso Barocco, Alan Curtis – Naïve)

Pour accueillir le printemps 2013 Alan Curtis, éternel dénicheur de raretés (10 premières mondiales)- cette fois encore en étroite complicité avec Donna Leon – nous offre un récital haendélien précieux par ses redécouvertes…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Chant ardent

Le concert du Jeudi Saint a eu lieu dans la salle de la Philharmonie Karol Szymanowski. Christophe Rousset, à la tête des Talens Lyriques, a donné un concert dédié à la Vierge Marie d’une grande intensité musicale. Autour du thème de la Mater Dolorosa, la Mère Douloureuse de Jésus, il a réuni dans un même programme plusieurs compositeurs italiens…

En savoir plus

Concerts, Critiques

“Mater Dolorosa” à Amsterdam

On sait, quand on est un adepte des concerts proposés par le Concertgebouw d’Amsterdam, que la musique baroque y est bien présente et toujours servie par des interprètes de qualité. Les néerlandais semblent en être bien conscients d’ailleurs puisqu’ils sont nombreux et fidèles aux rendez-vous.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Vivaldi le Viennois

Cherchant à relancer sa carrière sous de nouveaux cieux, Antonio Vivaldi quittait en mai 1740 la Lagune pour Vienne, où il comptait de nombreux protecteurs, et pouvait s’enorgueillir de la faveur de l’Empereur Charles VI. Il emportait avec lui ses dernières partitions, dont celle de l’Oracolo in Messenia, créé en 1738 au Teatro s. Angelo.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un chef d’œuvre de Ferrare à Lugano

C’est probablement au cours d’un séjour à Rome en 1724, à l’occasion de la représentation de son opéra Tigrane au Teatro Capranica, que Vivaldi découvrit le livret que son compatriote Lucchini avait mis à disposition du compositeur napolitain Leonardo Vinci, qui allait devenir l’un des principaux rivaux du Prete Rosso sur les scènes mêmes de la cité des Doges.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“Enchanté et vous ?”

C’est probablement lors d’un voyage en Italie en 1729 afin d’y recruter des chanteurs que le Cher Saxon apprit l’existence d’Ezio, opéra de Pietro Auletta composé en 1728 sur un livret de Métastase. Il s’agit du troisième opéra de Haendel inspiré du célèbre librettiste, les deux précédents étant Siroé, re di Persia (1728) et Poro, re del Indie (1731).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Beaucoup de bruit pour rien

Voici le premier DVD de cet opéra phare d’Haendel interprété sur instruments d’époque. Hélas cette gravure s’avère en tous points décevante, qu’il s’agisse d’une mise en scène plus banale que crépusculaire, d’un orchestre peu impliqué, et enfin de prestations vocales honnêtes mais sans éclat.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’admirable interprétation d’un Haendel somme toute mineur

Pendant la saison terrible des années 1727-1728, contre vents et marées, et lors que le castrat Senesino se préparait à passer à l’ennemi, Haendel composa trois nouveaux opéras. Ce seront Riccardo Primo, Siroe, et Tolomeo…

En savoir plus
Close