Written by 7 h 11 min Patrimoine, Vagabondages

Le saviez-vous ? Un petit bout de Versailles caché dans l’arc du Carrousel du Louvre

Alors que le Louvre fait appel au mécénat pour restaurer l’Arc de Triomphe de Carrousel qui fait bien piètre figure et crie la misère des ans et de l’incurie, et ouvre ses trois baies sur un palais disparu, une épopée impériale tragique et le souvenir d’une Antiquité virant au bas-Empire (l’arc de Constantin). Un petit détail intéressera nos lecteurs : il y a du Versailles dans cet art de triomphe là. 

Arc du Carrousel – Source : Tim Adams pour Wikimedia Commons, septembre 2014.

Le Louvre fait appel au mécénat pour restaurer l’Arc de Triomphe de Carrousel qui fait bien piètre figure crie la misère des ans, et ouvre ses trois baies sur un palais disparu, une épopée impériale tragique et le souvenir d’une Antiquité virant au bas-Empire (l’arc de Constantin). Un petit détail intéressera nos lecteurs : il y a du Versailles dans cet art de triomphe là. 

En effet, l’architecte favori de l’Empereur – Pierre François Léonard Fontaine (1762-1853) – ne put utiliser des colonnes de granit lors de l’édification du monument pour des questions de délais, car tout alla très vite : l’idée de l’arc fut émise en février 1806, ses fondations creusées en mars, et il fut terminé en 1807 ! Fontaine fut contraint de se servir dans les magasins de l’administration des ex-Bâtiments du Roi, dans la réserve de marbres à Chaillot. Les huit colonnes de marbre rose du Languedoc qui soutiennent les statues des soldats de la Grande Armée proviennent ainsi des carrières de Caunes-Minervois, dans l’Aude, et étaient destinées au Grand Trianon, où elles ne furent pas employées, peut-être car leurs veines semblent bien moins belles que celles finalement érigées à Trianon.

D’après Hersent, garde du dépôt de Chaillot, Fontaine disposa de 9 colonnes dont les dimensions variaient entre 18 pieds 8 pouces (6,06 m) et 18 pieds 3 pouces (5,92 m) de hauteur pour un diamètre de 2 pieds 6 pouces (0,69 m) à 2 pieds 8 pouces (0,85 m). Elles étaient non taillées et non polies. Fontaine confirme dans son Journal en date du 20 novembre 1806 : “Ces colonnes ont été faites avec des blocs de marbre du Languedoc qui se trouvaient dans les magasins du dépôt de Chaillot et qui probablement y étaient restés depuis la construction de Trianon sous le règne de Louis XIV”. De manière plus anecdotique, il raconte que la 2ème colonne de la face est fut abimée lors de la pose (“Les liens et les cales qui l’enveloppaient ont glissé au moment où elle s’est trouvée entièrement suspendue, et le sommet au dessous de l’astragale s’est rompu, dans l’un des fils terrasseux dont le marbre de Languedoc est ordinairement rempli” ce qui nécessita une réparation “par des mastics à feu et rassemblé[e] par de forts goujons en fer”)

Le “Péristyle” du Grand Trianon de Versailles – Source : Wikipedia Commons

Enfin, pour ajouter du piquant à cette notule, une autre version prétend que ce sont les colonnes du château de Meudon qui ont été réutilisées, puisque Fontaine eut également accès à ce matériau, la château étant en cours de démolition, mais ces colonnes-là furent plutôt employées au Palais de la Légion d’Honneur et au Luxembourg. Il ne reste plus à nos lecteurs de Paris et Versailles qu’à aller mesurer lesdites colonnes du Grand Trianon et de l’arc du Carrousel afin d’avoir le cœur net.

Jean Tulard, qui voyait dans le sacre de Napoléon l’aboutissement logique de la Révolution, aurait sans nul doute bien des conclusions à tirer de cet arc impérial qui a si bien su faire le lien entre le Principat et l’Ancien Régime. [M.B]

 

En savoir plus :

  • Guillaume FonkenellL’approvisionnement du chantier de l’arc de triomphe du Carrousel : construction et restauration (1806-1933)”, in Livraisons de l’histoire de l’architecture [En ligne], 16 | 2008 https://doi.org/10.4000/lha.184 
  • Christophe Bourel Le Guilloux & Christophe Morin, “Epilogue pour une forêt de colonnes: la Rotonde des Valois et le château de Meudon”, in Sabine Frommel (dir.), Primatice Architecte, Picard, 2010.
Étiquettes : , , Last modified: 7 février 2021
Close