Written by 8 h 10 min Patrimoine, Vagabondages

De la nouvelle beauté des tentures de chœurs de l’Abbaye de la Chaise-Dieu

“On avait tendu de tous côtés des tapisseries de fin lin, de couleur de bleu céleste et d’hyacinthe, qui étaient soutenues par des cordes de fin lin teintes en écarlate.” La Sainte Bible, Esth. I, 6 (trad. de Louis-Isaac Lemaistre de Sacy)

La Résurrection, tapisserie flamande du XVIème siècle © Abbaye de la Chaise-Dieu

Osons une digression ! Notre passage par le Festival de la Chaise-Dieu à la fin du mois d’août fut également l’occasion de redécouvrir l’Abbaye fondée au XIème siècle par l’ermite Robert de Turlande et en particulier l’ensemble des quatorze tapisseries commandées aux prémices du XVIème siècle par l’abbé Jacques de Saint-Nectaire et qui, après une récente campagne de restauration, ont retrouvé depuis 2019 tout leur éclat et profitent d’une belle mise en majesté dans une chapelle annexe de l’abbaye.

Pré baroque rétorquerez-vous à juste titre ! Oui, mais si exaltant au regard du curieux que cela vaut bien une petite entorse Renaissance à notre ligne éditoriale, et ravira, nous en sommes persuadés, le mélomane et l’amoureux de patrimoine rendu en ces lieux. Jacques de Saint-Nectaire (1461-1518), abbé de la Chaise-Dieu commande l’ensemble des tapisseries au plus tôt en 1501, après avoir attribué à l’abbaye les armoiries qui y sont reproduites, et nous savons qu’elles sont exposées pour la fête de Saint-Robert en 1518, dans le chœur monastique de l’abbaye, lieu de leur déploiement lors de toutes les grandes fêtes liturgiques qui rythment la vie monastique.

Douze des quatorze tapisseries présentées constituent un ensemble cohérent d’une particulière richesse. Chacune de ces tentures est composée de la même façon, une scène du Nouveau Testament, centrale, étant enchâssée dans deux scènes de l’Ancien Testament, comme en découlant, la scène du Nouveau Testament apparaissant découler de l’Ancien. La symbolique, à la fois simple et forte, étant à même de marquer l’esprit des fidèles. La suite des douze tapisseries constitue un ensemble cohérent, de la Nativité au Jugement Dernier, avec au centre la Crucifixion, épisode majeur dont l’importance est souligné par le format carré qui la distingue et appelée à être présentée au-dessus de la porte du jubé. A la qualité de la lisse, à la richesse des motifs et à l’éclat rendu des couleurs, s’ajoute une composition qui renvoie le visiteur du vingtième à une humilité convenue. En effet, si les épisodes du Nouveau Testament sont assez faciles à reconnaître, retrouver les épisodes de l’Ancien Testament représentés dans les scènes constituera un exercice d’érudition aussi exaltant que compliqué, la connaissance de ce dernier se montrant par trop lacunaire chez les fidèles de ce début de vingt et unième siècle.

A cet ensemble de douze tapisseries s’ajoutent deux autres tentures, présentées sur une tribune au-dessus du premier ensemble : cette Nativité et cette Résurrection furent peut être commandées par l’abbé pour son usage personnel, comme tendrait à le montrer la seule présence de ses armoiries familiales et non celles de l’abbaye. D’une même richesse de composition elles ne présentent cependant pas la même composition en triptyque et s’avère d’une composition plus complexe, sans doute destinées à un public plus savant. Notons au passage qu’un inventaire antérieur à la Révolution mentionne l’existence d’un total de dix-huit tapisseries, quatre tentures ayant vraisemblablement disparues, mais non constitutives de l’ensemble homogène et complet des douze majeures.

Cet ensemble, magnifique en tous points, classé monument historique dès 1844 (les bâtiments de l’abbaye faisant quant à eux partie de la prestigieuse première liste de 1840) garde néanmoins un mystère, celui de leur lieux d’exécution. Seuls les ateliers flamands avaient à cette époque le savoir-faire et l’envergure pour réaliser une telle composition. Pour autant, aucun élément n’indique l’atelier et la ville de fabrication. Bruxelles, Tournai ou encore Arras sont envisageables.

Déposées du chœur en 2013, les quatorze tapisseries sont envoyées dans les ateliers de la maison Chevalier à Colombes (Hauts de Seine) pour une importante campagne de restauration en plusieurs étapes comportant à la fois un minutieux nettoyage et une phase de consolidation par renfort des coutures et apports de tissus de support afin de permettre de nouveau leur déploiement. Si la sobriété de l’exposition dans la chapelle du Collège est à louer, on peut regretter l’ancienne présentation in situ, dans le chœur de l’abbaye, comme cela fut le cas entre 1927 et 2013, plus authentique et plus respectueuse de la volonté première des moines de l’abbaye de marquer l’esprit des fidèles et de guider leurs prières. Sans doute les concessions à faire pour que perdure encore longtemps ce chef d’œuvre du patrimoine religieux de la Haute Auvergne.

 

                                                                                  Pierre-Damien HOUVILLE

Les tapisseries de l’Abbaye de la Chaise-Dieu

 

En savoir plus :

 

Étiquettes : , Last modified: 31 août 2021
Close