Étiquette : Curtis Alan

CDs & DVDs, Critiques

Les Amours déguisées

Reculer pour mieux sauter, telle serait la devise de Händel dans cette décennie 1730–1740. Après un franc succès depuis le début de la première Académie dans les années 1720, le désamour du volage public londonien s’avère désastreux pour les investissements financiers et humains de l’entreprise haendélienne.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le soleil vainqueur des nuages (Haendel, Ann Hallenberg, Il Complesso Barocco, Alan Curtis – Naïve)

Pour accueillir le printemps 2013 Alan Curtis, éternel dénicheur de raretés (10 premières mondiales)- cette fois encore en étroite complicité avec Donna Leon – nous offre un récital haendélien précieux par ses redécouvertes…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Delicatessen

La réédition de ce CD datant de 1981 est une excellente idée qui va permettre de mieux comprendre la naissance de l’opéra. En effet cet art si subtil et codifié ne s’est pas fait en un jour et nombreux ont été ceux qui ont contribué à sa construction. Agostino Steffani n’est pas seulement le compositeur d’airs d’opéras somptueux remis au gout du jour par Cecilia Bartoli dans un CD au graphisme manquant de gout mais contenant des chefs d’œuvre de délicatesse.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

A royal affair

Joyce Di Donato offre au sein dune carrière exemplaire un véritable bijou avec cet enregistrement qui frôle la perfection absolue sur bien des plans. D’abord le choix original autant qu’évident des airs, parfois peu connus, mais tous passionnants. Organisé en fonction de la Reine incarnée nous avons ainsi Cléopatre l’Egyptienne et Octavie la Romaine qui dominent le monde.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Airs de Porpora

Avec une approche plus sobre mais tout aussi fantastique que celle du récent opus de Cécilia Bartoli que nous venons également de chroniquer (Decca), Karina Gauvin accompagnée par Alan Curtis et Il Complesso Barroco explorent le génie endormi de Nicola Porpora.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“Enchanté et vous ?”

Infatigable haendélien, Alan Curtis nous livre ce mois-ci deux enregistrements : un rare Ezio un peu plat, et la célèbre Alcina pour laquelle il délaisse inhabituellement son goût pour les œuvres à exhumer. Il faut dire qu’il est difficile de se priver d’un tel joyau du Caro Sassone, comme il sera difficile aux auditeurs de ne pas le faire figurer dans leurs discothèques…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“Enchanté et vous ?”

C’est probablement lors d’un voyage en Italie en 1729 afin d’y recruter des chanteurs que le Cher Saxon apprit l’existence d’Ezio, opéra de Pietro Auletta composé en 1728 sur un livret de Métastase. Il s’agit du troisième opéra de Haendel inspiré du célèbre librettiste, les deux précédents étant Siroé, re di Persia (1728) et Poro, re del Indie (1731).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Beaucoup de bruit pour rien

Voici le premier DVD de cet opéra phare d’Haendel interprété sur instruments d’époque. Hélas cette gravure s’avère en tous points décevante, qu’il s’agisse d’une mise en scène plus banale que crépusculaire, d’un orchestre peu impliqué, et enfin de prestations vocales honnêtes mais sans éclat.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’admirable interprétation d’un Haendel somme toute mineur

Pendant la saison terrible des années 1727-1728, contre vents et marées, et lors que le castrat Senesino se préparait à passer à l’ennemi, Haendel composa trois nouveaux opéras. Ce seront Riccardo Primo, Siroe, et Tolomeo…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

De la dentelle…

Cet enregistrement rare possède 2 atouts irremplaçables : les duos de chambre interprétés ensemble par Carolyn Watkinson et Paul Esswood. Lorsque la contralto la plus androgyne avant Ewa Poddles et Marijana Mijanovic mêle sa voix à celle du sensible Paul Esswood, l’auditeur est décontenancé, se demande presque où est l’homme et où est la femme.

En savoir plus
Close