Étiquette : chant

Musicologie, Regards

La Haute-contre

Il existe quelques hautes-contre en voix de femme qui n’ont pas la rondeur des bas-dessus (mezzo), mais une force bien supérieure, avec un timbre qui est celui de la vraie haute-contre (sic). J’ai connu une dame religieuse qui, avec une telle voix, en couvrait facilement trente autres, et se faisait entendre à une distance extraordinaire. Voilà qui laisse rêveur…

En savoir plus

Entretiens, Rencontres

Entretien avec Arnaud Marzorati, chanteur et directeur artistique de l’ensemble Lunaisiens

Entretien avec Arnaud Marzorati, chanteur et directeur artistique de l’ensemble Lunaisiens. En mars dernier, nous avions pu assister, au milieu de cette florissante année Grétry, à la représentation de Zémire & Azor à l’Opéra Comique. Co-fondateur de l’ensemble Lunaisiens, le baryton au timbre chaleureux s’était illustré chez Boismortier ou Dornel, Lully, Desmarest ou Delalande.

En savoir plus

Entretiens, Regards

Entretien avec Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano

Entretien avec Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano. Muse Baroque : À ceux qui peuvent échanger quelques mots avec vous à la fin d’un spectacle, vous confiez l’importance du théâtre dans votre parcours ; par quoi avez-vous commencé, le théâtre ou le chant ?
J’ai commencé par le chant, par la chorale à 12 ans, avant tout parce qu’étant très asthmatique, mes parents ont pensé que c’était bon pour le souffle de faire du chant. Comme je chantais tout le temps à la maison, ça n’a pas posé de problème. Jean-Michel Noël à Rennes, très bon chef de chœur, qui a une belle maîtrise maintenant, m’a dit “Tu as une jolie voix, si tu veux tu peux être soliste “, donc j’ai eu l’occasion de m’investir un peu dans le chant. Mais en fait ma vraie passion après ça a été le théâtre. Je me suis aperçue que j’aimais être sur scène, jouer…

En savoir plus

Musicologie, Regards

Michel Vershaeve, Traité de chant et de mise en scène baroques

Ah, cela fait longtemps que l’on attendait cette 2nde édition du grand classique de Michel Verschaeve ! Il ne paie pourtant pas de mine, ce modeste in-8 thermocollé, à la couverture très zen, et dont les illustrations en noir et blanc souffrent d’une reproduction de basse qualité avec des effets de quadrillages ou de tramés…

En savoir plus
Close