Étiquette : Rameau

Concerts, Critiques

Festival international de musique ancienne de Lanvellec et du Trégor (week-end du 17/10/2014)

En conclusion d’un week-end plus que réussi on se doit de constater que, à l’exception de quelques déceptions ou surprises mineures et qui sont le lot de n’importe quel concert du simple fait de la diversité des goûts qui peuplent la Terre, tout les concerts auxquels nous avons assistés furent un enchantement tant par les artistes, le répertoire ou encore le cadre, choisi sur mesure de chacun des programmes. Tout ceci ne peut qu’être porté au crédit du Festival de Lanvellec qui prouve une fois de plus la qualité de sa programmation.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Sous le signe de la tragédie (Rameau, Castor & Pollux, Le Concert d’Astrée, Haïm – Lille, 17/10/2014)

Cette année musicale placée sous le signe du 250ème anniversaire de Rameau a suscité plusieurs productions de son Castor et Pollux, généralement à partir de la seconde version (1754) plus aboutie que celle de 1737. Nous avions chroniqué il y a quelques mois une fort honorable version de concert donnée à Bordeaux par Raphaël Pichon.

En savoir plus

Concerts, Critiques

L’envers du succès (Rameau, Grands Motets, Les Arts Florissants – Cité de la musique, 02/10/2014)

Dans le domaine friand de fraîcheur et de rareté qu’est celui de la musique ancienne, rares sont les programmes que l’on peut qualifier de grands classiques. C’est pourtant bien ce dont nous fûmes témoins ce soir là. En effet, Les Arts Florissants, ensemble de référence par excellence, sous la houlette de son chef de toujours William Christie, reprenait un programme de Grands Motets de Mondonville et Rameau…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Rameau au Temple de la Gloire (Les Agréments, van Waas – Versailles, 14/10/2014)

En ce frisquet mardi soir d’Octrobre renaissait, sous les ors parmi les plus illustres du monde une œuvre pour le moins injustement méconnue, fruit de la collaboration fertile de deux esprits des plus féconds, pour le premier de la philosophie et de la littérature, pour le second de la musique et de la théorie musicale.

En savoir plus

Concerts, Critiques

« La vengeance flatte la gloire ; Mais ne console pas l’Amour. » (Rameau, Castor & Pollux, Concert Spirituel, Niquet – TCE, 17/10/2014)

Au terme de cette année Rameau, c’est avec Castor & Pollux qu’Hervé Niquet initie son propre hommage au grand compositeur, hommage qui se poursuivra en novembre par le Gala Rameau. Tragédie éminemment guerrière, dépourvue dans sa version de 1754 de l’usuel prologue politique, elle recèle toute l’exubérance mélodique de Rameau, et déploie dans ses harmonies ce qu’Hervé Niquet n’hésite pas à appeler le summum de l’abstraction.

En savoir plus

Actualités, Brèves

Castorama (Dans les coulisses du TCE avec Hervé Niquet)

Comme vous le savez tous, aimables bergers, pardon lecteurs, l’un des événements de la rentrée est le Castor & Pollux du TCE, mis en scène par Christian Schiaretti et sous la houlette d’Hervé Niquet dont la première a eu lieu lundi. Si l’on ne s’avancera pas plus pour le moment sur le spectacle dont vous pouvez lire notre compte-rendu…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Fulgurant testament (Les Boréades, Les Musiciens du Louvre, Minkowski – Versailles, 05/10/2014)

Compositeur qui s’est consacré tardivement à l’opéra, Rameau a toujours attaché un soin particulier à l’orchestre. Les nombreux intermèdes dansés de la tragédie lyrique lui ont fourni de brillantes occasions de donner aux instruments leur pleine mesure, tandis que les passages chantés tissent une savante composition entre les moyens de la voix et ceux des musiciens.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le tunnel du temps (Le service funèbre de Jean-Philippe Rameau – Capriccio Stravagante, Sempé – Paradizo)

La date est inscrite sur la pochette du disque : 27 septembre 1764. Skip Sempé nous transporte littéralement vers ce jour sombre pour rendre hommage à Jean-Philippe Rameau. Quinze jours auparavant, le Dijonnais s’éteignait d’une fièvre putride à Paris.

En savoir plus

Critiques, Expositions & Sorties

Rameau mis en Lumières (Bibliothèque de Versailles, 20/09/2014 – 03/01/2015)

e week-end, à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, la bibliothèque municipale de Versailles a dévoilé une exposition consacrée au compositeur Jean-Philippe Rameau (1683-1764). Organisée dans le cadre des festivités de l’année Rameau en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles, cette exposition est la première à ouvrir en cette rentrée…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“On vient, voyez les jeux, augmentez leurs attraits” (Rameau, Les Indes Galantes – La Simphonie du Marais, Hugo Reyne – Musiques à la Chabotterie)

Premier des six opéra-ballets de Rameau, Les Indes galantes se composent d’un prologue et de quatre entrées – et non actes – dont celle « Les Sauvages » fut ajoutée l’année suivant la création. Ce ballet héroïque, sur livret de Louis Fuzelier, s’inscrit dans la veine exotique du XVIIIème siècle…

En savoir plus

Concerts, Critiques

Le service funèbre de Jean-Philippe Rameau (Capriccio Stravagante, Oratoire du Louvre, 17/09/2014)

Comme le tout peut parfois sembler bien supérieur à la somme des parties, certains concerts vous révèlent en direct toutes les raisons que vous auriez pu invoquer pour y assister. En voici quelques unes qui auraient suffit amplement : le lancement du nouveau festival Terpsichore, un concert parisien de ce véritable all-star qu’est le Capriccio Stravagante, le concours du Collegium Vocale pour qui la perfection paraît si souvent accessible.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Des nouveaux quatuors (Rameau-Telemann, Les Ombres, Ambronay, 13/09/2014)

Quand on s’imagine Telemann ou Rameau, on pense à des hommes immortalisés à leur âge avancé mais avec un génie éternellement jeune et innovant. Mettre en parallèle ces deux monuments de la musique ne manque pas de logique. Rameau et Telemann n’eurent que deux ans de différence d’âge et composèrent sensiblement jusqu’à la fin de leur vie.

En savoir plus

Documents d'époque

Utmiutsol contre Uremifasolasiututut

En 1748 paraissent Les Bijoux indiscrets, œuvre romanesque anonyme. Elle consiste en une succession de petites saynètes d’une Afrique imaginaire, traitées sur le mode ironico-comique, un peu à la manière des Lettres Persanes de Montesquieu, la légèreté en plus. En effet, première œuvre romanesque de Diderot (genre alors peu considéré), les Bijoux indiscrets sont également une œuvre de divertissement, avec des passages licencieux.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

« De la Mécanique des Doigts » (Intégrale Rameau – Baumont – Loreley)

Un certain vertige. Les Lumières semblent prises du vertige de l’esprit et du savoir mêlé à celui du plaisir des sens. Ainsi débute l’avant-propos du livret de cette intégrale, de la main même d’Olivier Baumont. On attendait dès lors l’artiste au tournant de cet abandon vertigineux. On s’apprêtait avec envie à une divine ivresse… la déconvenue n’en est que plus brutale.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Au royaume de Marilyn (Platée – Les Talens Lyriques, Rousset – Strasbourg, 13/06/2014)

Platée occupe une place à part dans la production de Rameau ; il demeure une référence dans le trop rare genre comique au sein du répertoire lyrique français, voire de l’opéra en général. Le raffinement et la densité de l’orchestration ramiste y accompagnent sans retenue les déchaînements les plus triviaux de la pauvre nymphe, dans une farce hénaurme, qui parodie avec verve et ironie tout autant la classique tragédie-lyrique que les scènes de genre en vogue en cette première moitié du XVIIIème siècle.

En savoir plus

Actualités, Brèves

Lully et Rameau au coin d’une rue

Il arrive que parfois la topographie fasse bien les choses. Et l’on se prend ainsi à remarquer que deux de nos grands compositeurs de tragédie lyriques, qui s’affrontèrent au-delà de la mort par leurs partisans interposés en une querelle aussi vaine que passionnante, se côtoient désormais au hasard des angles parisiens, en bonne compagnie puisque chaperonnés par Monsieur de Louvois.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Ombres et lumières (La Partenope, Opéra national de Lorraine, 19/05/2014)

L’Association de Musique Ancienne de Nancy (AMAN) permet d’assister à un concert d’un ensemble particulier – l’Orchestre baroque de Mexico La Partenope –, organisé à l’initiative des rencontres musicales de Saint Ulrich avec le soutien du FONCA et de l’Institut culturel mexicain.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Présent des dieux (Rameau, Castor & Pollux – Pygmalion, Pichon – Opéra Comique, 21/03/2014)

Pour ce Castor & Pollux que nous suivons de près, puisque nos lecteurs trouverons également la chronique du concert du lendemain plus convaincant au Grand Auditorium de Bordeaux, Raphaël Pichon, fidèle à sa série ramiste, s’attaque à Castor & Pollux dans sa version de 1754, plus resserrée dramatiquement, débarrassée de son Prologue, où l’intrigue est ramenée à son essence…

En savoir plus

Concerts, Critiques

La Belle Mère amoureuse (Parodie d’Hippolyte & Aricie – Ensemble Philidor – Opéra Comique, 29/03/2014)

Comme de nos jours, la parodie était au XVIIIème siècle le signe d’un indéniable intérêt des contemporains pour l’oeuvre originale. La parodie musicale avait en outre la vertu de rendre accessible à un plus large public les productions commandées pour l’Académie royale de Musique ou la Cour.

En savoir plus

Concerts, Critiques

Haut en couleurs (Rameau, Castor & Pollux – Richter, Pygmalion, Pichon – Bordeaux, 22/03/2014)

Dans le cadre de l’Année Rameau, les concerts et représentations consacrés aux œuvres du musicien dijonnais fleurissent, et ce foisonnement compense un peu la rareté de leur programmation dans les salles françaises. Après les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou encore Platée, c’est une version de concert que l’Ensemble Pygmalion avait conçue,…

En savoir plus
Close