Étiquette : Lully

Actualités, Editos

L’Hiver a beau s’armer de glace et de frimas

… Lorsqu’il vous plaît de vaincre, il ne vous retient pas écrivait ce poète courtisan qui avait à se faire pardonner ses années de Fronde qu’était Quinault (dédicace au Roy d’Alceste, 1674). Alors voici bientôt venir ce vieillard menaçant et grelotant, cette saison ingrate qui inspire à Vivaldi le clapotis de la pluie, le souffle du vent et la cheminée salvatrice, décharne les arbres, qui nous donne l’exil d’Io en terres glaciales face au célèbre chœur des Trembleurs d’Isis de Lully.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“O che nuovo stupor”

Septembre 2009. Pour célébrer les 50 ans de la mythique collection Das Alte Werk de Teldec (désormais partie intégrante du groupe Warner), le label a décidé de rééditer son catalogue avec de nouvelles jaquettes, avec à la fois les enregistrements historiques (les anciens Teldec marrons puis crème), et les nouveaux enregistrements (ex-jaquettes blanches).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Miroir, mon beau miroir…

Première question en voyant cette Psyché : mais où donc est passé Quinault, le fidèle comparse, le librettiste galant qui sombra dans la piété à la fin de sa carrière ? Et pourquoi Lully s’est-il acoquiné avec ce Corneille de l’Isle (Thomas Corneille) aux vers d’une indigeste indigence passant du niais bancal…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

• One Comment

L’Art du ballet

Jusqu’ici, le ballet de cour a peu intéressé les musiciens, à l’exception, notable, d’Hugo Reyne : il a en effet déjà donné un remarquable Ballet de Flore dès le volume II de sa collection “Lully ou le musicien du Soleil”, puis, dans le volume consacré aux musiques du mariage de Louis XIV, l’intégralité des deux ballets accompagnant les opéras de Cavalli représentés en France…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

"Quand on lui dit : Comment? Il répond, je le veux." (Arbas, Acte I, scène 1)

Voici presque un an que nous attendions cette parution après l’émerveillement des représentations de l’Opéra Comique. Nous ne reviendrons pas ici sur le contexte et les caractéristiques de l’œuvre elle-même qui sont étudiés dans un article dédié, mais uniquement sur la captation de ces instants de magie, que le souvenir et les mois passés ont sublimés.

En savoir plus

Actualités, Editos

L’Apothéose de Lully

Voici une édition un peu particulière de Muse Baroque puisque le numéro de ce mois-ci fait la part belle à Lully (le titre de l’éditorial fait référence à l’œuvre que Couperin dédia à sa mémoire). Il faut dire que l’occasion était trop belle pour qu’on la laisse s’échapper. Songez donc, ô lecteurs, à l’étrange conjonction des astres qui décida de la coïncidence de trois évènements consacrés à des tragédies lyriques de celui qu’on surnomma Baptiste et dont l’ombre imposante plana longtemps après sa disparition sur l’Académie Royale de Musique…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le luth dans la fosse

On pourrait dire enfin : enfin voici ce Thésée qui manquait à la discographie lullienne ; car s’il y avait le travail effectué par Christie avec l’Académie d’Ambronay, aucune publication n’avait suivi. Maintenant que les illustres personnages de cette tragédie en musique – illustres Égée, Thésée et Médée elle-même, que dire encore ? – ont été portés au disque…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Lully chez Couperin

Dans son unique Livre de Pièces de Clavecin de 1689, D’Anglebert glisse au sein de ses suites plusieurs transcriptions de Lully qu’il arrange avec un soin extrême et ornemente avec goût. On retrouvera ainsi de grandes pages telles la Passacaille d’Armide, les Ouvertures de Proserpine ou d’Isis, la Chaconne de Galatée.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Franchissons le Pont d’Ercole

Ce livre, premier de la collection des Cahiers d’Ambronay, est un objet étrange. Comme son nom l’indique, il fait la part belle à ce qui fut l’un des projets de l’Académie baroque d’Ambronay : l’Ercole amante sous la direction musicale de Gabriel Garrido, avec des chorégraphies d’Ana Yepes et une mise en espace de Pierre Kuentz…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Incontournable !

Voici un enregistrement incontournable. Si Phaëton n’est pas l’œuvre de Lully la plus connue, le livret de Quinault est l’un des plus complexe : s’y mêlent intrigues de pouvoir, amours contrariées et… épreuves initiatiques ! Au final, si n’est pas la plus grande réussite de Quinault, qui s’y répète un peu trop, les personnages sont habilement construits.

En savoir plus

Actualités, Editos

Quand il vous plait de vaincre, il ne vous retient pas.

Ces humbles vers sont extraits de l’épître dédicatoire à Louis XIV, précédant le texte imprimé d’ Alceste de Philippe Quinault, mise en musique par Lully. La tragédie mise en musique fut représentée pour la première fois en janvier 1674 (ouf).

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’opéra des Musiciens

La parution d’un opéra de Lully au disque est toujours, pour les amoureux du baroque français, un événement attendu avec impatience et crainte; crainte de voir l’œuvre amputée de son prologue, nouvelle mode liée à des considérations aussi éloignées de l’art que le soleil de la planète Terre…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Domine salvum fac regem ! (Dieu sauve le Roi !)

On a trop souvent considéré le Grand Motet versaillais comme un genre lourd et pompeux, où les trompettes le disputaient aux timbales pour la plus grande joie des courtisans blasés. Rien ne saurait être plus réducteur, comme Hervé Niquet le démontre dans cette quasi-intégrale des Grands Motets du Florentin (il y manque malheureusement le Jubilate Deo).

En savoir plus

Histoire, Regards

Recette de l’agitation politico-philosophique sous les Lumières

Récipient : Un pays en pleine ébullition intellectuelle. Ingrédients : Une Reine (Marie Lescynska) délaissée par son époux ; Un Roi qui s’entiche de sa gracieuse favorite.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“Alceste ne vient point et nous devons l’attendre” (Acte II scène 1)

Alceste fut représentée pour la première fois à Versailles en 1674. La belle gravure de Jean le Pautre permet d’avoir une assez bonne idée des effectifs engagés pour sa représentation dans la Cour de Marbre deux ans plus tard. On y voit notamment l’agencement stéréophonique avec les tribunes de musiciens placées à la droite et à la gauche du Roi…

En savoir plus
Close