Regards

“Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie?” (Proust, A la recherche du temps perdu)

Musicologie, Regards

François-André Danican Philidor : musicien, joueur d’échecs et homme de son temps

À l’âge de 6 ans, François-André (notre Philidor !), est reçu page à la Chapelle du Roi Louis XV à Versailles, sous la direction de Campra. En août 1738, il exécute un Motet à grand chœur de sa composition, devant le Roi, à Versailles. C’est avec les musiciens de la Chapelle qu’il s’initie aux échecs, dominant aussitôt ces vétérans du noble jeu.

En savoir plus

Musicologie, Regards

23 juillet : 257ème anniversaire de la mort de Domenico Scarlatti

Mon fils est un aigle dont les ailes ont poussé : il ne faut pas qu’il reste oisif dans son nid et il ne m’appartient pas de l’empêcher de prendre son envol. (Lettre d’Alessandro Scarlatti alors qu’il envoie son fils se perfectionner à Venise en 1705). 257 cela ne rime à rien. Et pourtant, en ce jour, nous ne pouvions décemment pas oublier Scarlatti, disparu il y a 257 ans, jour pour jour, le 23 juillet 1757.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Telemann, Autobiographies (Editions Symétrie)

Et pour continuer la comparaison, celle des bibliographies est tristement édifiante : à côté des milliers d’ouvrages sur Bach, de ceux recueillant ses écrits et même ceux de ses contemporains, recueillant la moindre ligne, ce qui concerne Telemann est peu de choses, et les livres en français sont fort rares.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

J-C Frish, Le Baroque Nomade (Ed. Actes Sud)

Jean-Christophe Frisch a ceci de commun avec Alexandre Dumas qu’ils partagent tous deux le sens de l’aventure teintée de malice, et qu’ils ont commis noir sur blanc un opus qui se nomme explicitement ou en filigrane Vingt ans après. Vingt ans après pour ce point d’étape, ce journal intime, ce bilan sous forme de confidences choisies, de tranches de vie, de moments d’émerveillement, de découvertes, de questionnements.

En savoir plus

Cinéma, Regards

Michael Kohlhaas : hard-boiled

A l’occasion de sa sortie en DVD, glissons quelques mots sur ce Michael Kohlhaas, qui ne fit pas les délices de la croisette et bénéficia d’une diffusion médiocre dans les salles obscures.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Itinéraires d’André Campra

Les Itinéraires d’André Campra s’inscrivent, à la suite de plusieurs partitions, dans la démarche de réhabilitation du compositeur aixois entreprise par les chercheurs du CMBV depuis plusieurs décennies. Campra, musicien à la personnalité complexe et dont la vie comporte pour nous encore des zones d’ombre, mais fort estimé en son temps, et aujourd’hui considéré comme acteur important de l’autonomisation de l’artiste-musicien vis-à-vis des institutions.

En savoir plus

Documents d'époque

La destinée tragique de Louis-Gabriel Guillemain (1705-1770) par Thomas Vernet

Voici à peine quelques mois, l’Ensemble Aliquando nous livrait un remarquable enregistrement (Muso) qui remettait au goût du jour un compositeur caméléon et prolifique. Le destin tragique de l’homme, le caractère varié et insaisissable de sa production ont éveillé notre curiosité, et Thomas Vernet a bien voulu partager avec nous cet article qui constitue la version développée de la notice du disque.

En savoir plus

Cinéma, Regards

Iceberg, droit devant !

Marie-Antoinette et la chute de la monarchie française ont passionné les cinéastes, séduits par le tragique destin de l’Autrichienne, de sa futilité capricieuse à sa dignité retrouvée sur l’échafaud. Après la bonbonnière de Sofia Copola, rock-star adolescente en crise d’indépendance, Benoît Jacquot livre sa passionnante vision d’un naufrage programmé…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Prima le parole

Dans le monde de la musique et notamment de l’opéra, il est souvent d’usage de faire passer la musique avant le livret. Les musicologues, souvent aux prises des partitions et de l’esthétique, ne donnent pas l’impression de juger l’importance du livret comme objet d’analyse à part entière. Prima la musica, poi le parole diront certains ; mais sans ces parole la tragédie lyrique, le madrigal, le motet, l’opéra ne seraient pas.

En savoir plus

Cinéma, Regards

Ut pictura…

Qui n’a jamais rêvé de passer de l’autre côté d’une toile à force de la contempler ? De s’extraire de l’atmosphère feutrée des musées pour retrouver la vie, la violence et la passion qui frémissent sous le pinceau d’un artiste depuis longtemps poussière ? C’est à plus qu’une promenade dans un chef-d’œuvre majeur de Bruegel l’Ancien que nous invite Lech Majewski, …

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques, Littérature & Beaux-arts

La rencontre des Grands Canaux…

A ma droite, la lagune, son Grand Canal bordé de palais délicatement rongés par les eaux, balayés par le soleil, avec leurs délicates arcatures gothiques, assoupi dans la torpeur estivale. A ma gauche, l’autre Grand Canal, illusion rectiligne alors que la perspective est forcé, vaste trait, point d’orgue glorieux du domaine d’Apollon, croisement qui permet sur des barquettes, gondoles et vaisseaux de guerre…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Entre tradition assumée et modernité triomphante

Dans la lignée des publications du Centre de Musique baroque de Versailles et de l’éditeur belge Mardaga, c’est un ouvrage fort didactique que nous livre Benoît Dratwicki sur Antoine Dauvergne, à la fois instrumentiste (il débuta comme violoniste à la Chambre du Roy), compositeur, responsable à trois reprises des destinées de l’Académie Royale de Musique, sans oublier son passage à la tête du Concert Spirituel où il succéda à Mondonville…

En savoir plus

Musicologie, Regards

Dédicace de Lully au Roi

Armide fut la dernière tragédie lyrique de Lully, et sa dernière collaboration avec son complice de longue date, la poète Philippe Quinault. Sublime chant du cygne auquel le Roi ne daigna pas assister, las des scandales de la vie tumultueuse du Florentin et de ses mœurs dites italiennes.

En savoir plus

Musicologie, Regards

Armide de Lully

Crépuscule peut-être, mais flamboyant automne, brillant déclin, sublime chant du cygne. Armide fut la dernière tragédie lyrique de Lully, et sa dernière collaboration avec son complice de longue date, la poète Philippe Quinault. Il y aura bien la pastorale héroïque Achille & Polyxène sur les médiocres vers de Jean Galbert de Campistron en 1687…

En savoir plus

Cinéma, Regards

• One Comment

Que la fête commence…

A la mort de Louis XIV, le royaume de France présente un bien sombre tableau. Des finances asséchées par des années de guerre, une position européenne à l’équilibre fragile, une élite dirigeante complotante et emportée dans un tourbillon d’excès en tous genre, une noblesse provinciale pauvre et grondante, et tout un peuple souffrant de misère, de faim, de frustration, d’ignorance…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Un Jacques-Ange Gabriel passe…

Assurément, voici un bel ouvrage, à la facture soignée, qui paraît pour célébrer la réouverture de l’Opéra royal après sa restauration. On soupèse cet in-folio à la couverture cartonnée illustrée d’une belle contre-plongée, sa jaquette transparente sur laquelle apparaît le titre, l’épaisse texture du papier. Cet Opéra royal de Versailles s’avère de ces ouvrages que l’on prend plaisir à saisir et à feuilleter, à laisser traîner sur une console…

En savoir plus

Musicologie, Regards

« La musique militaire est à la musique (…) »

Qui n’a jamais entendu la fameuse marche des Gonzague, que ce soit dans la martiale Toccata introductive de l’Orfeo de Monteverdi, ou son adaptation dans le premier chœur de ses Vêpres à la Vierge ? Cette Toccata de l’Orfeo, qui s’apparente à une fanfare militaire, est remarquable à double titre.

En savoir plus

Musicologie, Regards

La voix chez Monteverdi

Cet article a fait l’objet d’une parution dans Monteverdi, L’Orfeo, L’Avant-Scène – Opéra, Sept-octobre 1976, pp. 78-82. Il est reproduit ici avec l’aimable autorisation de M. Mauro Uberti. Seul le titre général La voix chez Monteverdi a été ajouté par nos soins.

En savoir plus

Musicologie, Regards

La Missa Salisburgensis de Biber

Cette messe monumentale va nous permettre de comprendre comment les compositeurs créaient leurs œuvres en tenant compte de l’acoustique particulière du lieu où elles allaient être jouées. En effet, la Missa Salisburgensis sert avant tout de marque de puissance du prince, rythmant la vie publique.

En savoir plus

Musicologie, Regards

L’orgue : le roi des instruments ?

Cette brève synthèse, d’une extrême clarté, permettra aux lecteurs de se familiariser avec la facture – ô combien complexe – de l’orgue. Elle est extraite du Lexique musical raisonné de L’Histoire de la Musique Occidentale sous la direction de Jean et Brigitte Massin (Fayard, 2007).

En savoir plus
Close