Littérature & Beaux-arts

Où il est démontré, à n’en point douter, à la manière de Monsieur de Scudéry, qu’il y a partout de fort belles choses à louer et nous aurons l’heur de le faire, mais qu’ “il est de certaines Pièces, comme de certains animaux qui sont en la Nature, qui de loin semblent des Etoiles, et qui de près ne sont que des vermisseaux.”

Littérature & Beaux-arts, Regards

Avaler une couleuvre (Harambat, Les Invisibles – Futuropolis)

Pour sa première bande dessinée/roman graphique,  Jean Harambat n’a pas choisi la facilité. Un sujet peu connu mais qui gagne à l’être (les révoltes contre la gabelle en Gascogne de 1664 à 1670) une construction scénaristique complexe avec une histoire contée de trois points de vue différents, et un dessin tout en camaïeu de gris, de brin de noir

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Vaudeville sanglant (Philippe Beaussant, Stradella)

La vie de Stradella étant digne d’un livret d’opéra, il était normal que Philippe Beaussant s’en fasse le metteur en scène, au risque d’en édulcorer, par trop de synthèse, les aspects les plus académiques mais pas les moins révélateurs de son parcours. Nous retrouvons donc Stradella à la fin de sa vie, au moment où il est obligé de fuir Rome afin de poursuivre sa création et ses amours à Venise. Où l’on verra notre musicien composer, séduire, tomber amoureux, louvoyer entre les impossibles, et finalement fuir à nouveau avant de tragiquement terminer, après quelques rebondissements que la bienséance nous oblige à le pas déflorer.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Le Peintre & l’Astronome : Vermeer, le 3 de septembre 1659, à huit heures du matin

Nous sommes à Delft en ce mercredi 3 septembre 1659, à 8 heures. Le soleil vient illuminer la tour de l’horloge de la Niewe Kerk, et produit des ombres portées précises. A sa fenêtre, au second étage d’une auberge, située de l’autre côté du bassin du port, le Kork, un jeune homme de 27 ans contemple la scène, dessine un croquis, et peindra une vue qui deviendra un mythe. C’est Johannes Vermeer.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

L’éruption littéraire de la Naples Baroque (Dominique Fernandez, Porporino)

La publication en janvier dernier de L’Italie Buissonnière (Grasset) de Dominique Fernandez, suite de très érudites pastilles sur des joyaux souvent méconnus de l’immense patrimoine artistique de la péninsule, nous a donné envie de replonger dans l’une des œuvres phares de son auteur, Porporino, ou les Mystères de Naples (Grasset). Publié en 1974 et auréolé du prix Médicis la même année, l’ouvrage devait valoir à son auteur un début fort mérité de reconnaissance critique qui se confirmera quelques années plus tard par son Goncourt.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Palatine & latrine : “Vous êtes bien heureuse d’aller chier quand vous voulez”

Vous êtes bien heureuse d’aller chier quand vous voulez ; chiez donc tout votre chien de soûl. Nous n’en sommes pas de même ici, ou je suis obligée de garder mon étron pour le soir…

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Retour vers le futur : 2440 ou l’Odyssée de l’Espérance de Louis Sébastien Mercier (1771)

  Point de lendemain ! Par cette formule un brin nihiliste Dominique Vivan Denon titrait en 1777 un court roman de jeunesse, ode...

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Façon puzzle (Paul Scarron, le Roman Comique – 1657)

Comment ne pas être séduit par la vie et l’œuvre de celui qui, au détour d’un chapitre, n’hésite pas à interpeller le lecteur et à le mettre en garde par ces mots : « Je suis trop homme d’honneur pour n’avertir pas le lecteur bénévole que, s’il est scandalisé de toutes les badineries qu’il a vu jusques ici dans le présent livre, il fera fort bien de n’en lire pas davantage ; car en conscience il n’y verra pas d’autres choses. »

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Affreuse, Sale et Méchante (La Rome Ridicule, Marc-Antoine Girard de Saint-Amant, 1643)

Si la littérature sur Rome est dominée par les Promenades de Stendhal, ainsi que par des pages sublimes des Mémoires du Vicomte de Chateaubriand, nous ne saurions trop recommander à nos lecteurs d’entreprendre la visite de la capitale italienne munis du précieux poème de Saint-Amant, satire féroce et hilarante, chef d’œuvre de la littérature baroque.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Polar prolixe (Olivier Lexa, Cavalli, Actes Sud, 2014)

Plusieurs productions récentes ont remis à l’honneur les opéras de Cavalli. Olivier Lexa a publié, ces derniers mois, une biographie complète du compositeur. Sa plume alerte et enthousiaste nous retrace non seulement la vie du compositeur, mais aussi un demi-siècle de musique et d’opéra de la Sérénissime, entre 1630 et 1680. 

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Petits trésors (Pouget, Les Mots de la Monnaie – Mardaga)

L’arrivée de l’opéra italien dans la capitale flamande suit de près son succès à Paris et dans les autres grandes villes d’Europe. En février 1650 est donné devant la Cour Ulisse all’isola di Circe de Zamponi. Il faudra toutefois attendre 1681 et l’installation d’une troupe italienne dans un entrepôt du Quai au Foin transformé en salle de spectacles pour que soient données les premières représentations publiques.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Casanova, confessions d’un perdant magnifique (Histoire de ma vie, Premier volume – Ed. R. Lafont, 1993)

C’est le moment que nous choisissons pour inaugurer cette nouvelle rubrique, toute entière consacrée à la littérature, qui nous verra selon une périodicité toute irrégulière, flâner dans l’œuvre féconde des grands auteurs européens à la recherche de ce que les textes peuvent avoir de Baroque. Votre magazine élargit ainsi le champ de ses intérêts et nous espérons que nos lecteurs avides de découvertes y trouveront matière à quelques ravissements.

En savoir plus

Littérature & Beaux-arts, Regards

Les proportions musicales dans le dessin architectural de l’abbaye d’Ambronay (conférence de Tiago Simas Freire, festival d’Ambronay)

Tiago Simas Freire est architecte. Il est aussi musicologue, et surtout musicien. A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, le Festival d’Ambronay lui confie pour la seconde année l’organisation d’une brève conférence portant sur les liens qui unirent musique et architecture à l’ère de l’Humanisme.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Telemann, Autobiographies (Editions Symétrie)

Et pour continuer la comparaison, celle des bibliographies est tristement édifiante : à côté des milliers d’ouvrages sur Bach, de ceux recueillant ses écrits et même ceux de ses contemporains, recueillant la moindre ligne, ce qui concerne Telemann est peu de choses, et les livres en français sont fort rares.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

J-C Frish, Le Baroque Nomade (Ed. Actes Sud)

Jean-Christophe Frisch a ceci de commun avec Alexandre Dumas qu’ils partagent tous deux le sens de l’aventure teintée de malice, et qu’ils ont commis noir sur blanc un opus qui se nomme explicitement ou en filigrane Vingt ans après. Vingt ans après pour ce point d’étape, ce journal intime, ce bilan sous forme de confidences choisies, de tranches de vie, de moments d’émerveillement, de découvertes, de questionnements.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Itinéraires d’André Campra

Les Itinéraires d’André Campra s’inscrivent, à la suite de plusieurs partitions, dans la démarche de réhabilitation du compositeur aixois entreprise par les chercheurs du CMBV depuis plusieurs décennies. Campra, musicien à la personnalité complexe et dont la vie comporte pour nous encore des zones d’ombre, mais fort estimé en son temps, et aujourd’hui considéré comme acteur important de l’autonomisation de l’artiste-musicien vis-à-vis des institutions.

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Prima le parole

Dans le monde de la musique et notamment de l’opéra, il est souvent d’usage de faire passer la musique avant le livret. Les musicologues, souvent aux prises des partitions et de l’esthétique, ne donnent pas l’impression de juger l’importance du livret comme objet d’analyse à part entière. Prima la musica, poi le parole diront certains ; mais sans ces parole la tragédie lyrique, le madrigal, le motet, l’opéra ne seraient pas.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques, Littérature & Beaux-arts

La rencontre des Grands Canaux…

A ma droite, la lagune, son Grand Canal bordé de palais délicatement rongés par les eaux, balayés par le soleil, avec leurs délicates arcatures gothiques, assoupi dans la torpeur estivale. A ma gauche, l’autre Grand Canal, illusion rectiligne alors que la perspective est forcé, vaste trait, point d’orgue glorieux du domaine d’Apollon, croisement qui permet sur des barquettes, gondoles et vaisseaux de guerre…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Entre tradition assumée et modernité triomphante

Dans la lignée des publications du Centre de Musique baroque de Versailles et de l’éditeur belge Mardaga, c’est un ouvrage fort didactique que nous livre Benoît Dratwicki sur Antoine Dauvergne, à la fois instrumentiste (il débuta comme violoniste à la Chambre du Roy), compositeur, responsable à trois reprises des destinées de l’Académie Royale de Musique, sans oublier son passage à la tête du Concert Spirituel où il succéda à Mondonville…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Un Jacques-Ange Gabriel passe…

Assurément, voici un bel ouvrage, à la facture soignée, qui paraît pour célébrer la réouverture de l’Opéra royal après sa restauration. On soupèse cet in-folio à la couverture cartonnée illustrée d’une belle contre-plongée, sa jaquette transparente sur laquelle apparaît le titre, l’épaisse texture du papier. Cet Opéra royal de Versailles s’avère de ces ouvrages que l’on prend plaisir à saisir et à feuilleter, à laisser traîner sur une console…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

"Il aime la musique & s’y connoît" (J.-L. Lecerf de la Viéville)

Le Prince et la musique : sous ce titre qui présente le Grand Louis sous les traits d’un Prince mécène de la Renaissance, et qui n’est pas sans rappeler celui de l’étude de Philippe Beaussant, Le Roi artiste (Payot, 1999), l’ouvrage dirigé par Jean Duron, chercheur au Centre de musique baroque de Versailles et directeur dudit Centre, analyse les passions musicales d’un roi dont l’omniprésence sur tous les fronts de l’art et de l’architecture n’est pas uniquement imputable au goût…

En savoir plus
Close