Expositions & Sorties

“Alors, sans s’arrêter, les yeux emplis de l’or des cadres, ils suivirent l’enfilade des petits salons, regardant passer les images, trop nombreuses pour être bien vues. Il aurait fallu une heure devant chacune, si l’on avait voulu comprendre. Que de tableaux, sacredié ! ça ne finissait pas. (…) Encore des tableaux, toujours des tableaux, des saints, des hommes et des femmes avec des figures qu’on ne comprenait pas, des paysages tout noirs, des bêtes devenues jaunes, une débandade de gens et de choses dont le violent tapage de couleurs commençait à leur causer un gros mal de tête. (…) Des siècles d’art passaient devant leur ignorance ahurie, la sécheresse fine des primitifs, les splendeurs des Vénitiens, la vie grasse et belle de lumière des Hollandais.” (Zola, L’Assommoir)

Critiques, Expositions & Sorties

“Boire de l’eau de framboise avec vous me comble”

C’est dans le cadre intime et flottant de la Péniche Adélaïde (un nom qui plairait à Nattier) que nous avons assisté à la reprise de La Veuve et le Grillon de Daniel Soulier, comédie baroque autour des airs de cours français, joute imaginaire entre une morganatique Madame de Sévigné et un Monsieur de la Fontaine on ne peut plus bon vivant.

En savoir plus

Critiques, Expositions & Sorties

“Ce fantôme de Richelieu, c’était Mazarin. Or, Mazarin était seul et se sentait faible.” (A. Dumas, Vingt ans après, Chapitre 1)

Il se lève lourdement, grogne, malmène son monde avec une légèreté malicieuse, réclame sa bassine et ses parfums. A 79 ans, Claude Rich jubile visiblement à se glisser dans la peau d’un génial moribond, vêtu d’écarlate. Car ce Diable Rouge, prélat venu d’Italie, Premier ministre mal-aimé de son vivant (les Mazarinades de La Fronde l’illustrent bien), perdu dans l’ombre de l’implacable Richelieu…

En savoir plus

Critiques, Expositions & Sorties

De l’éloquence du geste et de la parole

Comment résister à l’invitation que nous lance Jean-Denis Monory d’aller assister à une comédie baroque, dans un théâtre baroque avec gestuelle et déclamation baroques ? C’est chose difficile, d’autant plus que ces occasions-là ne courent guère les rues parisiennes…

En savoir plus
Close