Critiques

Où il est prouvé, pour contredire Monsieur Boileau, que la Critique n’est point aisée, et qu’hors les méchantes gens, promptes à rabaisser le métier des Compositeurs et gens de Musique, le Commentateur avisé, défenseur du Beau, avec un esprit pur et exempt de préjugés, et ayant eu à connoître tant d’exemples en tous lieux des Merveilles de la Nature, se trouve toutefois fort embarrassé à devoir s’exprimer sur le génie des Artistes & Musiciens.

CDs & DVDs, Critiques

Le chant du cygne de la viole de gambe

Entre 1745 et 1759, C.P.E. Bach composa ses 3 sonates pour viole de gambe, qui comptent parmi les dernières du genre. Après avoir connu son âge d’or dans la France de la fin du Grand Siècle et de la Régence, la viole entamait son déclin inéluctable face à la famille des violons.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’opéra des Musiciens

La parution d’un opéra de Lully au disque est toujours, pour les amoureux du baroque français, un événement attendu avec impatience et crainte; crainte de voir l’œuvre amputée de son prologue, nouvelle mode liée à des considérations aussi éloignées de l’art que le soleil de la planète Terre…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une superproduction Cleopâtre : après Liz Taylor, Danielle de Niese

Tout a sans doute déjà été dit à propos de ce Giulio Cesare désormais d’anthologie. Voilà le spectacle qui a lancé la jeune soprano américaine Danielle de Niese, la soprano qui danse. Voilà le spectacle qui a démontré de manière éclatante que le respect du drame historique n’équivalait pas à une succession pompeuse et statique de tableaux soporifique

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un disque plein de vie

Un disque de Zig-Zag Territoires attire toujours mon attention, comme ceux d’Alpha ; et les points communs ne s’arrêtent pas là. En effet, les pochettes sont soignés, les livrets documentés – et ce coffret ne manque pas à la règle – la réalisation artistique souvent excellente et la prise de son tout à fait délectable.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

« Les naturalistes nous ont dit ce qu’était un singe, mais ils n’ont pas défini cet animal qu’on appelle eunuque. » Ange Goudar, Le Brigandage de la Musique Italienne. Paris, 1777.

On dit que la Muse Baroque est trop tolérante et qu’on y trouve que de bonnes critiques : c’est normal, rétorquera le rédachef, puisque le but est de constituer une discothèque idéale. Tout cela pour dire que j’étais pourtant parti d’un bon sentiment

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un dimanche à Versailles

Le vieux Roi est vieillissant. Son organiste n’est plus de prime jeunesse non plus. Et leurs ombres planent sur ces quatre concerts royaux que Louis XIV aimait à entendre le dimanche, publiés longtemps après la mort du Roi-Soleil. Art de Cour, superficiel, mignard et vain diront certains, stigmatisant les mélodies simplistes et l’abondance d’ornements.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un médaillé olympique

À sa parution, en 2000, une pluie de récompense tomba sur cet enregistrement : Prix International du disque Cannes Classical Awards 2001, 13ème Grand Prix du disque de l’Académie Charles Gros, Recommandé par Classica-Répertoire, Choc du Monde la Musique, Diapason d’Or, et 5/5 dans Opéra International.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Pour les adorateurs du "Pape du Baroque" seulement

Que ceux qui apprécient la délicatesse galante des mélodies françaises de la période du Bien-Aimé passent leur chemin, voici venir du fond des tiroirs de Teldec cet enregistrement antédiluvien qui prouvera aux détracteurs des interprétations sur instruments d’époque (ce ne sont pas des copies ici) que…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Que l’encens et les jeux rendent hommage à la déesse !

Alternent dans ce programme consacré à la cantate française du début du Siècle des Lumières deux œuvres relativement connues de Clérambault, et deux cantates rares de Courbois et Colin de Blamont. Voici donc, Campra et Pignolet de Montéclair excepté, un excellent aperçu de ce genre souvent considéré comme ingrat, louvoyant entre deux écueils…

En savoir plus

Critiques, Littérature & Beaux-arts

Jean-Claude Malgoire, 50 ans de musiques et d'aventures

On remarque en premier lieu la facture soignée de l’ouvrage, sa couverture en demi-reliure toile rouge, son format in-4 sur papier épais couleur crème. Et l’on remarque également cette photo amusante, presque un cliché de vacances, où Jean-Claude Malgoire sourit, à la fois heureux et complice de cette belle aventure éditoriale…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Mettez la guitare en batterie !

Voici ce qui reste de l’intégrale des œuvres pour guitare de Robert de Visée publiée autrefois sur 33 tours : une brève sélection d’à peine une heure, seule jugée digne de passer au CD. Et pour une fois, le plus n’est pas forcément le mieux.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une interprétation révolutionnaire pour l’un des plus beaux opéras italiens de Händel.

Marc Minkowski, que l’on connaissait pour sa réussite dans le domaine de l’opéra français (Rameau, Lully…), se lance donc dans l’aventure handelienne avec sa fougue et son énergie habituelles. Les interprètes sont remarquables dans l’ensemble : Anne Sophie von Otter est tour à tout radieuse et pathétique, Lynne Dawson chante avec naturel et grâce…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Contemplatif et ciselé

Publié en 1647, l’opus 10 est le deuxième volume des Symphonies sacrées de Schütz, recueil de concerts sacrés pour petits effectifs. Les ravages de la Guerre de Trente Ans ne sont d’ailleurs pas étrangers à l’abandon de projets trop ambitieux impliquant une polyphonie chorale avec des effectifs fournis.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Classico-baroque ?

Scheibe vécu à Leipzig, Hamburg et Holstein avant de partir vivre au Danemark en 1740. Pour l’anecdote, il perdit un œil à l’âge de six ans dans l’atelier de facture d’orgues de son père. Le compositeur est connu pour être le partisan avant l’heure d’un style plus épuré, plus simple et plus mélodique, dont il a développé les thèses dans le périodique musical Der critische Musicus, fondé par lui en 1737.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Les fruits de la Passion

Georg-Philipp Telemann, contemporain de Bach, a été un compositeur des plus prolifiques de son temps. On lui doit pas moins d’une quarantaine d’opéras (peu enregistrés mis à part l’Orpheus sous la baguette de René Jacobs), 46 passions pour les offices de Hambourg, 12 cycles annuels de cantates, de nombreux oratorios, et une pléthore d’œuvres instrumentales.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

“On se demande même si on s’en lassera jamais”

Ce sont là les mots de Roger North dans ses Notes of Comparison between the elder and Later Musick and Somewhat historicall of Both (Notes de comparaison entre la musique ancienne et moderne avec un peu d’histoire des deux) publiées dans la seconde moitié du Siècle des Lumières.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Plus doux que les roses…

Vous aurez bien du mal à trouver ce disque, au minutage d’ailleurs assez chiche (33-tours oblige), mais c’est une petite merveille de musicalité et de délicatesse. Si Paul Esswood n’a jamais pu maîtriser ce vibratello constant qui le caractérise, il a réussi à transformer ce handicap en grand art.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une élégance virtuose

Ah, quel séducteur que ce Fabio Biondi, malgré une photo de jeunesse peu réussie dans le livret ! D’accord, le violon sonne un peu maigrelet dans les aigus, mais la douceur du phrasé, la facilité dans les ornements, le caractère spontané et volontaire du jeu du violoniste forcent toujours l’admiration.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Trouver sa voix

Certes, l’orchestre de Pal Nemeth n’est ni le plus élégant, ni le plus précis. La basse continue est pesante, l’orgue positif rébarbatif. Les cordes, bien que suffisamment dynamiques, demeurent pâteuses et parfois d’une justesse approximative.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Oui…non… m’enfin…

Parfois, le sort est cruel avec Vivaldi, et on se prend à imiter les accents d’un John Hawkins acerbe dès 1776 sur les talents de compositeur du Prêtre Roux. Parfois le sort est cruel avec le Jardin Harmonique, et on se prend à imiter les accents d’un C. H. du temps de sa splendeur à Répertoire, lorsqu’il parachutait d’infâmes critiques réduisant des carrières en cendres avec plus ou moins d’à-propos mais sans se départir de sa verve inimitable.

En savoir plus
Close