CDs & DVDs

« J’y ay observé perpendiculairement la juste valeur des tems et des notes; et à proportion du sçavoir et de l’âge des personnes, on trouvera des piéces plus ou moins difficiles, à la portée des mains excélentes, des médiocres et des foibles. L’usage m’a fait connoître que les main vigoureuses et capables d’exécuter ce qu’il y a de plus rapide et de plus léger ne sont pas toûjours celles qui reüssissent le mieux dans les piéces tendres et de sentiment, et j’avoueray de bonne foy que j’ayme beaucoup mieux ce qui me touche que ce qui me surprend. » (François Couperin, Préface du Premier Livre des Pièces de Clavecin, 1713)

CDs & DVDs, Critiques

Messieurs, la Cour !

Voilà un CD de plus en plus difficile à trouver et qui constitue une sorte de condensé de la musique de cour de la Régence d’Anne d’Autriche et de son Mazarin. Toutes ses Suites d’Orchestre datent de 1650-1660 et sont destinées aux Vingt-Quatre Violons du Roi.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une rareté peu convaincante

Pour une rareté, c’en est une ! Un vieil enregistrement de 1973, le premier de cette œuvre des années 1680 où l’oratorio balbutiant hérite du recitar cantando monteverdien et des histoires sacrées de Schütz. L’orchestre de Louis Devos patauge, sa sonorité ample et tremblotante a le charme des débutantes ne sachant pas encore valser. Peut-être même les cordes sont-elles modernes. Au milieu de cet océan capté avec un souffle digne des enregistrements historiques salzbourgeois des années 30 surnage l’Evangéliste de Louis Devos.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un disque de rêve

De rêve mais aussi de regrets. Regrets devant le destin qui nous a privé d’une si grande violiste. Admiration aussi devant cette technique virtuose qui passerait presque inaperçue, si on ne connaissait pas tous les pièges de la partition tant l’archet de Sophie Watillon enchaîne les mesures avec aisance.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Trevor au Pinnock de sa gloire

Voici un florilège de pièces particulièrement audacieuses de Scarlatti, bourrées d’obstacles techniques, étourdissantes de virtuosité, où les doubles croches répétées se grisent elles-mêmes. Et Trevor Pinnock célèbre cette musique imprévisible et brillante d’un toucher léger et énergique.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le Clémencic qu’on sort

Avouons un secret douloureux : il ne suffit hélas pas de 7 musiciens dont deux trompettistes, et d’un excellent compositeur pour faire un bon disque. Le livret nous met en garde en précisant de manière sibylline que dans ses réalisations, René Clemencic est avant tout sensible au symbolisme du son, et non à l’esthétique.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Il y a du Glenn Gould dans cet homme-là

J’ai toujours eu la vision de Bill, élégant et calme, atteint légèrement de calvitie. Un chef très « tragédie lyrique », amateur de jolies danses, petites voix claires et sans vibrato, cuisine du Sud et jardinage. Mes amies me disent que je suis restée très 80’s, que les Arts Flo ont bien changé, que le temps des Atys, David et Jonathas et autres Idoménée nobles et froids est révolu. Que le DVD des Indes Galantes décoiffe par rapport à l’enregistrement plus ancien d’Aix.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une Ariadne qui ne perd pas le fil

Conradi. Le directeur musical du Théâtre du Marché aux Oies de Hambourg de 1690 à 1693 est l’un de ceux que les oubliettes de l’histoire et de la musicologie ont longtemps hébergé. Pourtant cette Ariadne de 1691 possède bien des atouts qui justifie cette exhumation tardive et courageuse.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Incontournable !

Voici un enregistrement incontournable. Si Phaëton n’est pas l’œuvre de Lully la plus connue, le livret de Quinault est l’un des plus complexe : s’y mêlent intrigues de pouvoir, amours contrariées et… épreuves initiatiques ! Au final, si n’est pas la plus grande réussite de Quinault, qui s’y répète un peu trop, les personnages sont habilement construits.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Christie vs. Hogwood pour un Orlando élégiaque

Orlando est assurément l’un des opéras les plus originaux de Händel. Le livret, tiré du Roland Furieux de l’Arioste, sera bientôt suivi par 2 autres volets tout aussi réussis : Ariodante et Alcina. Orlando relate l’histoire classique du preux paladin Roland passionnément épris de la reine Angélique.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Ne Terzi-versons plus.

L’intégralité de ce programme est consacré à Terzi, luthiste originaire de Bergame sur lequel l’histoire a jeté son voile de mystère. En effet, mis à part la Scena Letteraria de gli scrittori bergamaschi publiée en 1664 par le Père Donato Calvi et deux Livres de compositions datés de 1593 et 1599, il ne reste plus rien de Giovanni Antonio.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Une interprétation bouleversante.

Les motets enregistrés ici appartiennent au genre du petit motet et datent de la fin du règne de Louis XIV. On y retrouve le style français un peu maniéré lié dans une intime alchimie à des passages italianisants. Les accompagnements instrumentaux sont discrets et élégants, souvent confinés à des violons ou des flûtes allemandes.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un Tombeau bien joyeux

Dès la réception du beau digipack orné d’un détail de Watts, nous nous sommes demandé ce qu’était ce Tombeau de Sa Majesté la Reine de Pologne de Bach. Nous nous apprêtions à compulser frénétiquement notre catalogue BWV, quand la réponse tomba du ciel, ou plutôt du détail des plages.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

L’hésitation contre la vigueur

1988. On retrouvera dans ces deux enregistrements du regretté Scott Ross la même modestie et le même talent : nulle part le claveciniste canadien ne se met en avant, même lorsque la virtuosité technique est requise.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un Bach méconnu

On doit à la monumentale initiative de Teldec la Valise Bach 2000 qui célèbre les 250 ans de la mort du Cantor de Leipzig par l’intégrale discographique de ses oeuvres (excepté quelques chants du Schmelli Gesangbuch). Un des cubes modernes et disgracieux de cette remarquable discothèque est consacré aux cantates profanes de Bach.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Un Bach dansant

Bach n’était pas très au point sur le luth. Voilà qui peut paraître choquant. C’est ainsi. Tous les luthistes savent combien ces suites, préludes et partitas sont difficiles à jouer, non seulement en raison de leur virtuosité mais de passages impossibles techniquement à jouer…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

De la couleur

Frédérick Haas possède une connaissance approfondie de la facture des instruments, et des secrets de leurs réglages. C’est cela qui lui permet ce dialogue si intime avec l’instrument. Car le clavecin de Haas est tout sauf métallique. Sous ses doigts d’une précision jamais répétitive, l’écriture ciselée et fort ornementée de D’Anglebert résonne avec l’amplitude de l’orchestre lullyste…

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Mangeons en musique…

Et non, l’œuvre de Delalande ne se résume pas à ses fanfares pour trompettes martiales et éculées, surjouées par les Jean-François Paillard et autres Paul Kuentz. D’une part, ses grands motets sont magnifiques, et d’autre part même les Symphonies pour les Soupers du Roi sont bien plus fines qu’on ne l’imagine.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

"Français, soyez tous réjouis"

Henri Ledroit signe ici l’un de ses meilleurs enregistrements, digne de son récital Luigi Rossi chez le même éditeur. Au premier abord, l’irruption de ce contre-ténor aux pays des lys est musicologiquement très discutable, puisque l’on sait que les Français étaient partisans des voix naturelles.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Le miel de l’Abbaye…

Voici un disque qui s’achète et s’écoute les yeux fermés. En dépit de ses 20 printemps, l’enregistrement a conservé l’élégance lumineuse et l’équilibre de ses vertes années. Tout ici est harmonie et musicalité. Trevor Pinnock comme Simon Preston ont parfois été accusé de placidité, d’application, de flegme britannique excessif.

En savoir plus

CDs & DVDs, Critiques

Ils sont fous ces romains !

Il est temps de critiquer cette interprétation désormais presque mythique, tout particulièrement pour la sublime et regrettée Lorraine Hunt dans l’un de ses plus beaux rôles.

En savoir plus
Close